Une étude pour Septime-Sévère et Caracalla, de Greuze, acquis par le Musée de Tournus Contenu abonnés


JPEG - 33.9 ko
1. Jean-Baptiste Greuze
Septime Sévère et Caracalla, 1767
Huile sur toile - 64 x 77 cm
Tournus, musée Greuze
Voir l'image dans sa page

17/12/04 - Acquisition - Tournus, musée Greuze - Ce musée vient d’acquérir une esquisse pour l’un des tableaux les plus connus de Greuze (ill. 1). L’un des plus décriés aussi, puisqu’il fut l’objet de la condamnation unanime de ses pairs, des critiques et du public.

Rappelons brièvement l’historique bien connu1 du Septime Sévère et Caracalla2 (ill. 2) aujourd’hui conservé au Louvre. Agréé à l’Académie en 1755, mais n’ayant toujours pas fourni son morceau de réception douze ans plus tard, Greuze fut interdit d’exposer au Salon de 1767. Briguant parallèlement le poste bientôt vacant de Michel Van Loo à l’Ecole des Elèves protégés, accessible…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Controverses à propos de l’évolution du Musée du Prado

Article suivant dans Brèves : Plusieurs acquisitions importantes pour les musées britanniques