Dessins toscans XVIe-XVIIIe siècles tome II 1620-1800 - Louvre, Ludovico, Agostino, Annibale Carracci Contenu abonnés


Auteur : Catherine Monbeig Goguel

jpg-couverture_dessins_florentins-jpgEn 1972, Catherine Monbeig Goguel rédigeait Vasari et son temps1, première pierre d’un projet de publication complète des dessins italiens conservés au Musée du Louvre, et plus particulièrement du fonds florentin, le plus remarquable après celui des Offices en qualité comme en quantité. Deux ans après, Françoise Viatte étudiait les feuilles de Stefano della Bella2, puis les dessins toscans du Louvre exécutés entre 1560 et 16403, entre maniérisme et Contre-Réforme. Ces limites chronologiques ne sont évidemment pas restrictives, l’ensemble d’aucun artiste n’a été scindé entre les deux catalogues, et une cohérence a été donnée à chaque volume. Une exposition en 1981 avait montré certaines des plus belles pièces de cette période4.

Ce nouveau tome est consacré aux XVIIe et XVIIIe siècles. La majorité des œuvres relevent du Seicento florentin, mais d’autres centres comme Pise et Sienne sont évoqués, et quelques dessins sont de style néoclassique. Reprenant exactement la présentation soignée des précédents opus et leurs couverture toilée bleue, il est très lisible et bénéficie d’assez grandes photos. 750 dessins y sont répertoriés, dus à près de cent artistes différents, rangés dans l’ordre alphabétique, certains étant représentés par d’importantes séries (Giovanni Bilivert - ill. 1, Matteo Rosselli, Cecco Bravo, Carlo Dolci, Il Volterrano), d’autres par une seule œuvre5. Ce fonds est constitué par plusieurs ensembles provenant de collectionneurs, dont certains contemporains des artistes, (albums Baldinucci, l’historiographe de cette école, acquis en 1806 par Vivant-Denon ; Gaburri -via Saint Morys -, Mariette ; Lambert Krahe ; album d’Oultremont entré en 1985). Ces amateurs ont choisi des feuilles complètes, des études de compositions et des académies, avec une grande variété de techniques. Il y a peu de croquis secondaires. S’y ajoutent quelques acquisitions très récentes (Vicenzo Dandini, achat de 1990 ; Pietro Benvenuti, étude pour le Serment des Saxons à Napoléon

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Jean Laronze, peintre de la Bourgogne (1852-1937)

Article suivant dans Publications : Greuze et l’affaire du Septime Sévère