Le Salon du Dessin, du XVIIe au XXe Contenu abonnés


Paris, Palais de la Bourse, du 22 mars au 27 mars 2017.

Parmi les œuvres que nous souhaitons mettre en exergue pour la nouvelle édition du Salon du Dessin, nous en comptons pas moins de trois datant du XXe siècle, toutes trois réalisées par des peintres ayant travaillé dans le grand décor et la peinture d’histoire, preuve que celle-ci a perduré bien au delà de ce que l’on considère habituellement.
C’est ainsi que Vincent Lécuyer proposait - l’œuvre a été très vite vendue comme la plupart de celles que nous reproduisons ici - un extraordinaire portrait d’homme assis par Lucien Jonas, celui de son beau-frère, le peintre Jean Bedorez (ill. 1). Ce fusain date de 1908, au début de la carrière de Jonas qui n’a que vingt-huit ans et qui mourut en 1947. Grand décorateur (nous renvoyons à l’article que nous avions écrit sur l’exposition du musée Carnavalet en 2003), Jonas prouve avec ce dessin monumental qu’il est également un important dessinateur et portraitiste.


JPEG - 650 ko
1. Lucien Jonas (1880-1947)
Mon ami Jean, 1908
Fusain et craie sur toile - 145 x 110 cm
Galerie Vincent Lécuyer
Photo : Galerie Vincent Lécuyer
Voir l'image dans sa page
JPEG - 1.1 Mo
2. George Desvallières (1861-1950)
Jeanne d’Arc prend le drapeau de la France, 1914
Huile, essence et encre - 72 x 51,5 cm
Galerie Mathieu Néouze
Photo : Galerie Mathieu Néouze
Voir l'image dans sa page

Une huile sur papier, par George Desvallières (ill. 2), était présentée à la récente exposition rétrospective du Petit Palais (voir notre article). Elle représente Jeanne d’Arc, grande figure patriotique souvent invoquée au début de la guerre de 1914, date de la création de cette œuvre, présentée par Mathieu Néouze.
Le troisième dessin du XXe siècle que nous reproduisons ici (ill. 3) a été vendu très rapidement par la galerie Marty de Cambiaire. Cette œuvre superbe, là encore de grande taille, était proposée pour 4500 €. Le galeriste voulait ainsi montrer qu’il est possible de collectionner à des prix relativement bas (même au Salon du Dessin) des feuilles de qualité. Cette grande étude prépare…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : Une foire de Maastricht riche d’enseignements