Paris Tableau (à Bruxelles) Contenu abonnés


Paris Tableau à Bruxelles, cela a tout d’un oxymore. Il pouvait paradoxal en effet d’organiser en Belgique (à peine plus d’une heure de TGV de Paris il est vrai) une manifestation d’origine française, d’autant que le marché des tableaux anciens à Bruxelles n’est pas connu pour être très actif. Des amis belges historiens de l’art se réjouissaient de voir dans cette foire de nombreux tableaux italiens et français des XVIIe et XVIIIe siècles, rarement montrés dans les galeries du pays.


JPEG - 322.3 ko
1. Carlo Saraceni (vers 1579-1620)
Saint Charles Borromée
Huile sur toile - 146 x 99 cm
Colnaghi
Photo : Colnaghi
Voir l'image dans sa page
JPEG - 301.4 ko
2. Gioacchino Assereto (1600-1650)
Saint Jean-Baptiste
Huile sur toile - 113 x 93 cm
Galerie Jacques Leegenhoek
Photo : Galerie Jacques Leegenhoek
Voir l'image dans sa page

JPEG - 361 ko
3. Livio Mehus (1630-1691)
La Bataille entre les Grecs et les Troyens, vers 1670
Huile sur toile - 149 x 222 cm
Galerie Lullo-Pampoulides
Photo : Galerie Lullo-Pampoulides
Voir l'image dans sa page

Une tentative d’explication d’abord : il semble que l’accord passé l’an dernier avec la Biennale (qui n’a semble-t-il pas été entièrement concluant) interdisait cette année au moins à Paris Tableau de se tenir à Paris. Un constat ensuite : peu importe ces considérations, le Salon est d’une très belle tenue en dépit de l’absence de quelques poids lourds qui faisaient partie des éditions parisiennes, et alors que plusieurs galeries françaises et étrangères, dont quelques-unes belges, participaient pour la première fois à l’événement.

Dans chaque stand ou presque, on trouve plusieurs œuvres de superbe qualité dont beaucoup n’avaient pas été vues auparavant. Nous commencerons cette recension avec ce qui nous semble le plus beau tableau de la foire, même s’il n’est pas bien mis en valeur puisqu’il se trouve au revers d’une cimaise : un Saint Charles Borromée récemment découvert de Carlo Saraceni proposé par la galerie Colnaghi (ill. 1). On admirera notamment la très belle gamme…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : Le Salon du Dessin, du XVIIe au XXe

Article suivant dans Marché de l’art : Avec la Biennale des Antiquaires, la rentrée précoce du marché de l’art parisien