La septième édition du Festival de l’histoire de l’art aura lieu du 2 au 4 juin


JPEG - 313.4 ko
Château de Fontainebleau où se déroule
le Festival de l’histoire de l’art
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

24/5/17 - Fontainebleau, Festival de l’histoire de l’art - Du vendredi 2 au dimanche 4 juin prochain aura lieu, comme chaque année à la même époque, le Festival de l’histoire de l’art, dont ce sera la septième édition. L’an dernier, on s’en souvient, celui-ci avait été perturbé par les inondations et les grèves de trains (voir la brève du 3/6/16). Cette année, alors que la météo semble prometteuse (même si les prévisions à dix jours ne sont pas forcément fiables), la SNCF a décidé de couper la ligne de train entre Paris et Fontainebleau les samedi et dimanche pour travaux ! On s’interroge sur un tel amateurisme voire un tel mépris. Interpellée sur Twitter, le réseau ferré prétend que la date du chantier, prévu depuis quatre ans (!) ne peut être changée. Or il y a quatre ans, le festival existait déjà depuis deux ans. Quant à l’impossibilité de changer les dates de deux jours de travaux, gageons que s’il s’agissait de la ligne menant à Cannes pendant le festival, la question ne se poserait même pas.

Cela ne doit pas, cependant, empêcher les visiteurs de se rendre nombreux à Fontainebleau. Ceux-ci devront emprunter le RER D jusqu’à Melun où un bus express (34) dont la fréquence a été renforcée. Vous trouverez tous les horaires en suivant ces liens (vendredi, week-end et plan de la gare de Melun).
D’autant que le menu est prometteur. Cette année, le pays invité est les États-Unis et le thème retenu la Nature. Mais davantage encore que ces sujets imposés, le festival est riche d’un programme très varié qui aborde tous les thèmes, y compris des sujets d’actualité. Pour sa deuxième année, les Amis du Festival de l’histoire de l’art ont encore renforcé leur présence. Dans un espace qui leur est dédié, ils organiseront des conférences et des débats, et permettront aux festivaliers de venir rencontrer les différents intervenants. Signalons à cette occasion que nous y animerons un débat sur les musées et les collectivités locales, auquel participeront le sénateur Vincent Éblé, la directrice des Musées d’Orléans, Olivia Voisin, et le directeur des Musées de Rouen, Sylvain Amic (le 2 juin, de 14 h à 15 h 30). Nous serons heureux d’y rencontrer les lecteurs du site à cette occasion.

Tout le programme se trouve sur le site du Festival et peut être téléchargé en PDF. On trouvera bien sûr de multiples visites organisées dans les différentes parties du château (nous vous conseillons particulièrement, si vous ne la connaissez pas, la galerie de peintures, véritable petit musée des Beaux-Arts qui est hélas trop souvent fermé dans l’année faute de gardiens, ou le théâtre récemment restauré), le Salon du Livre d’Art où la plupart des maisons d’éditions proposent leur fonds et leurs nouveautés, ainsi qu’une section cinéma intitulée « Art et Cinéma ».
Parmi les débats d’actualité qui rejoignent des problématiques souvent abordées sur La Tribune de l’Art, on notera celui intitulé « Deaccessioning versus inaliénabilité des collections françaises » avec Anne-Lise Desmas, Anne Goodyear et Jean-Patrice Marandel (le 4 juin de 15 h 30 à 17 h), un autre autour de l’exposition Heures italiennes (voir notre article) avec Christophe Brouard, Antoine Courtin, Matteo Gianeselli et Nathalie Volle (le 3 juin de 17 h à 18 h 30), ou encore un débat sur une actualité particulièrement chaude : Histoire et enjeux du faux en art avec Géraldine Albers, Olivier de Baecque, Catherine Chevillot et Vincent Noce (le 4 juin, de 14 h 30 à 16 h).

Comme chaque année, ce n’est pas le manque de sujets intéressants qui pose problème, c’est leur abondance qui oblige parfois à des choix drastiques. Au moins est-on sûr de ne jamais s’ennuyer pendant ces trois jours dédiés à l’histoire de l’art.


Didier Rykner, mercredi 24 mai 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un portrait de Gérôme par Gérôme entre au Fitzwilliam Museum

Article suivant dans Brèves : De nouvelles peintures italiennes pour le Metropolitan Museum