Le succès prometteur du Festival de l’Histoire de l’Art Contenu abonnés


JPEG - 204.6 ko
1. Château de Fontainebleau

Le Festival de l’Histoire de l’Art, qu’organisait pour la première fois le Ministère de la Culture avec l’aide de nombreux partenaires, dont l’INHA et le château de Fontainebleau (ill. 1) où s’est déroulée cette manifestation du 27 au 29 mai, suscitait beaucoup d’attentes mais aussi beaucoup d’inquiétudes. On pouvait craindre un échec qui aurait été gravement préjudiciable à la discipline. Une certaine précipitation dans l’organisation, un manque de communication, l’éloignement relatif de Paris, tout cela parmi d’autres éléments rendait beaucoup de gens sceptiques, dont le signataire de ces lignes.

Nous avions tort. Le lieu d’abord : Fontainebleau s’est en réalité avéré le choix parfait. Suffisamment accessible pour permettre à tout le monde de s’y rendre facilement, l’endroit était parfaitement adapté. Les visiteurs et les participants, entre deux communications ou deux débats, pouvaient se promener dans le parc ou dans le château où de multiples événements étaient organisés sur lesquels nous reviendrons un peu plus loin. Le domaine, malgré sa taille, est à échelle humaine et la circulation en son sein était fluide, permettant de se rendre aisément d’une conférence à l’autre. Les simples touristes étaient suffisamment nombreux pour animer le château, mais pas trop pour en gâcher la convivialité (ce qui aurait sans aucun doute été le cas à Versailles). L’ambiance était d’ailleurs particulièrement chaleureuse et sympathique et l’organisation, malgré quelques cafouillages inévitables surtout lorsqu’il s’agit d’essuyer les plâtres, s’est révélée plutôt efficace. Nous ferons dans cet article quelques critiques que nous voulons positives et qui pourraient aider à améliorer l’édition 2012.

JPEG - 149.3 ko
2. Conférence d’Eric de Chassey dans la Salle des Colonnes
au Festival de l’Histoire de l’Art de Fontainebleau (mai 2011)
Photo : Didier Rykner

Le programme était d’une très grande richesse. Le thème de cette année, la Folie, et le pays invité,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Villa Aghion des frères Perret à Alexandrie : la France peut avoir un rôle à jouer

Article suivant dans Patrimoine : Inepties, erreurs et absurdités : quand les députés débattent de l’imposition des œuvres d’art