La politique patrimoniale parisienne vue par l’« international » Contenu abonnés


JPEG - 154 ko
Merry-Joseph Blondel (1781-1853)
Décor de la chapelle des Morts
Paris, église Notre-Dame-de-Lorette
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

« Ces dernières années, certains projets sont devenus des modèles à l’international » pouvait-on lire, on s’en souvient, dans le livre-programme à la gloire d’Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë publié par l’association Oser Paris, constituée par l’équipe de campagne de la candidate à la Mairie (voir l’article). Évidemment, il était beaucoup plus difficile de prouver que cela était vrai et rien ne venait étayer cette affirmation pour le moins audacieuse.

Ce qui est avéré, en revanche, ce sont les deux claques que vient de recevoir de l’« international » la municipalité parisienne.
La première, nous en avons déjà parlé, est celle infligée par…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Disons non aux Panthéonades !

Article suivant dans Éditorial : Quand le Musée d’Orsay punit La Tribune de l’Art !