Disons non aux Panthéonades !


JPEG - 194.6 ko
Pierre Julien (1731-1804)
Sainte Geneviève rendant la vue à sa mère, 1776
Plâtre - 113 x 106 x 20 et 124 x 120 x 20 cm
Paris, Panthéon
Photo : Didier Rykner

Un million d’euros. C’est, selon Le Monde et le site lelab.europe1.fr reprenant des informations de L’Express, le coût de l’entrée d’une personnalité au Panthéon. Et cette somme devrait être payée par le ministère de la Culture !
Alors que son budget vient encore de baisser de 2%, une fois de plus aux dépends des musées et du patrimoine, il est ahurissant qu’on puisse ainsi sérieusement envisager de dépenser un million d’euros pour célébrer un culte consistant à honorer des saints laïcs et dont l’utilité nous semble parfaitement inexistante. A moins qu’il ne s’agisse, à l’heure où le Président de la République atteint un nouveau record d’impopularité, de servir de diversion et d’éviter de parler des vrais problèmes (mais on ne peut y croire).
Il est tout de même paradoxal (le terme est faible) d’appeler le grand public à financer, grâce à une souscription qui a déjà rapporté 68 565 €, une partie de la restauration du Panthéon, et d’envisager froidement d’en débourser un million pour une opération aussi vaine.


JPEG - 43.5 ko
2. Pierre Julien (1731-1804)
Présentation du Temple au roi Salomon, vers 1776-1780
Plâtre - 127 x 95,5 x 17 cm
Paris, Panthéon
Photo : Didier Rykner
JPEG - 42.4 ko
3. Pierre Julien (1731-1804)
Présentation du Temple au roi Salomon, vers 1776-1780
Plâtre - 122 x 80 x 7,5 cm
Paris, Panthéon
Photo : Didier Rykner

Une visite, aujourd’hui, à la belle exposition consacrée à Jean-Germain Soufflot, nous a par ailleurs rappelé l’existence, dans les combles du Panthéon, de fragments originaux de reliefs en pierre de David d’Angers provenant du fronton et d’un ensemble de modèles en plâtre du XVIIIe siècle préparatoires au décor de l’édifice. Beaucoup sont en très mauvais état et conservés dans des conditions précaires, pratiquement aucun n’est exposé. Il y a pourtant parmi eux des chefs-d’œuvre qui feraient l’orgueil des plus grands musées du monde, comme ces reliefs de Pierre Julien (ill. 1 à 3) que l’on voit exceptionnellement dans l’exposition.

Les débats font rage pour savoir qui entrera au Panthéon, faisant même l’objet d’une consultation sur internet. Il est peut-être temps que ceux qui, comme nous, s’en moquent absolument, élèvent la voix pour dire qu’on a peut-être de meilleurs moyens de dépenser l’argent que, paraît-il, nous n’avons plus.


Didier Rykner, samedi 28 septembre 2013





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Pour sauver l’église, taper 1 ; pour la détruire taper 2

Article suivant dans Éditorial : La politique patrimoniale parisienne vue par l’« international »