Fin de la restauration du transept de l’église Saint-Germain-des-Prés


22/12/17 - Restauration - Paris, église Saint-Germain-des-Prés - On ne peut qu’admirer l’action inlassable du Fonds de dotation de Saint-Germain-des-Prés qui est en train de réussir son pari de restaurer entièrement cette église. Après la magnifique résurrection du chœur (voir l’article), ce sont les travaux du transept qui se terminent. Et le chantier va bientôt se poursuivre puisque grâce à la vente organisée par Christie’s que nous avions annoncée dans cette brève, pas moins de 1,4 millions d’euros ont pu être réunis pour nettoyer les peintures murales de la nef.


JPEG - 365.8 ko
1. Sébastien Cornu (1804-1870)
Jésus laissant venir à lui les petits enfants, après restauration
Cire sur toile marouflée
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 340.8 ko
2. Sébastien Cornu (1804-1870)
La descente au Limbes, après restauration
Cire sur toile marouflée
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Dans le transept, le décor du bras gauche avait été commandé également à Hippolyte Flandrin selon un programme iconographique que l’on ne connaît pas mais qui devait être indépendant de ceux du chœur et de la nef. L’artiste mourut cependant avant de pouvoir commencer. Sébastien Cornu, également d’origine lyonnaise et élève d’Ingres, lui succéda en 1865 et eut juste le temps de finir ces peintures murales avant de disparaître à son tour. Ce chantier ne devait pas porter chance à ses auteurs puisque Alexandre Hesse, à qui avait été commandé le décor du transept droit mourut également avant de pouvoir le réaliser, et celui-ci ne fut jamais peint.


JPEG - 355.1 ko
3. Sébastien Cornu (1804-1870)
La Transfiguration et La Mission des Apôtres, après restauration
Cire sur toiles marouflées
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 352.1 ko
4. Sébastien Cornu (1804-1870)
L’Invention de la Vraie Croix, après restauration
Peinture murale à la cire
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Sur le mur droit1, quatre scènes sont représentées, peintes sur des toiles marouflées : en bas, et de gauche à droite Laissez-venir à moi les petits enfants et La descente aux limbes ; en haut et de gauche à droite La Transfiguration et La Mission des Apôtres) (ill. 1 à 3). Sur le mur de gauche, les peintures sont exécutées directement sur le mur. Il s’agit de L’Invention de la Vraie Croix - ill. 4) au-dessus de laquelle se trouvent trois figures de saints : saint François d’Assise, saint Pierre et saint Jean-de-la-Croix (ill. 5 à 7).


JPEG - 380.3 ko
5. Sébastien Cornu (1804-1870)
Saint François d’Assise, après restauration
Peinture murale
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 388.4 ko
6. Sébastien Cornu (1804-1870)
Saint Pierre, après restauration
Peinture murale
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 323.9 ko
7. Sébastien Cornu (1804-1870)
Saint Jean de la Croix, après restauration
Peinture murale
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Si Sébastien Cornu est moins réputé que Flandrin, ces peintures sont néanmoins d’une grande qualité et la restauration leur a rendu tout leur éclat. L’intégralité du décor, y compris celui purement ornemental (sans doute dû aussi à Alexandre Denuelle qui avait travaillé avec Flandrin) a été restauré, tout comme également l’autel qui porte une statue de saint François Xavier par Guillaume I Coustou (ill. 8), et ce qui reste du monument du roi de Pologne Jean Casimir par les frères Gaspard et Balthazar Marsy (ill. 9). Seul le bas-relief en bronze (par Jean Thibaut, un frère convers de l’abbaye) n’a pas encore été nettoyé, une étude complémentaire ayant été demandée pour cette opération par l’architecte en chef des monuments historiques Pierre-Antoine Gatier. Le transept droit n’est pas encore débâché mais l’autel portant la sculpture de Sainte Marguerite par le sculpteur Jacques Bourlet (également religieux convers de Saint-Germain-des-Prés) et le tombeau de Louis et Olivier de Castellan par François Girardon ont également été restaurés.


JPEG - 332.3 ko
8. Autel de saint François-Xavier
Sculpture en marbre par Guillaume Coustou (1677-1746)
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 315.4 ko
9. Gaspard Marsy (1629-1681) et Balthazar Marsy (1628-1674)
Tombeau de Jean Casimir, roi de Pologne
(le relief en bronze sous le marbre, non encore restauré, est de Jean Thibaut)
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Très bientôt, on pourra donc admirer Saint-Germain-des-Prés dans tout son éclat comme personne (de vivant) ne l’a jamais vue. On rendra hommage ici à l’équipe des restaurateurs et à la COARC, la Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris, qui ont fait avec Pierre-Antoine Gatier un travail admirable. Restaurer intégralement les églises parisiennes est possible, cela est désormais démontré, mais il faut compter uniquement sur des initiatives privées pour compenser les budgets dérisoires accordés par la mairie de Paris (la ville aura contribué pour seulement 15,2% du montant total du chantier !).


Didier Rykner, vendredi 22 décembre 2017


Notes

1Mise à jour 8 janvier 2018. Nous avions écrit tout d’abord qu’il s’agissait de peinture à l’huile, ce que l’on pensait jusqu’alors. Émilie Checroun, mandataire du groupement de restaurateurs, vient de nous indiquer (8/1/18) qu’il s’agit en réalité, pour la Descente aux Limbes et probablement pour les trois autres compositions à droite du transept de gauche, d’un liant à base de cire.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Musée des Beaux-Arts d’Orléans : préemption, souscription, dons...

Article suivant dans Brèves : Un dessin de Massimiliano Soldani Benzi offert au Musée des Arts décoratifs