La belle restauration du chœur de Saint-Germain-des-Prés et sa véritable histoire


La première tranche du chantier de restauration des peintures murales de l’église Saint-Germain-des-Prés vient de se terminer et, comme on pouvait s’y attendre, c’est une splendeur. Il faut rendre hommage ici aux acteurs de cette réussite, la COARC d’abord, service en charge de la conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris, qui était maître d’ouvrage, l’architecte en chef des monuments historiques qui a été maître d’œuvre des travaux, Pierre-Antoine Gatier, et toute l’équipe des restaurateurs dont la mandataire était Émilie Checroun.


JPEG - 357.3 ko
1. Panneau indiquant que « La Mairie de Paris restaure
et met en valeur
 » où une main vengeresse a indiqué
la répartition réelle du financement.
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 339.4 ko
2. Alexandre Denuelle (1818-1879)
Voûte du chœur de Saint-Germain-des-Prés après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Sous l’impulsion de l’ancien curé, un fonds de dotation a été créé, entièrement financé par des mécènes privés, et c’est grâce à son obstination que les travaux ont pu commencer. Le panneau d’information qui se trouve dans l’église (ill. 1) explique que « La Mairie de Paris restaure et met en valeur… », ce qui est au mieux, et pour rester poli, une très grosse, une énorme exagération. Car en réalité la Mairie de Paris ne finance presque rien de ces travaux, alors que le même panneau indique comme origine des fonds (avant qu’une main anonyme ne vînt préciser la réalité) : « Mairie de Paris et le Fonds de dotation pour le rayonnement de l’église Saint-Germain-des-Prés ». En vérité, la quasi-intégralité des travaux de restauration est financée par ce fonds de dotation. La région Île-de-France devrait apporter, si la totalité du chantier en 5 phases est menée à bien, 300 000 € sur 5,2 millions d’euros. Quant à la Ville de Paris, elle paye la maîtrise d’œuvre (le cabinet d’architecte), les fouilles et les travaux d’assainissement, le terrassement et la remise en état du jardin, soit des travaux certes pour une part indispensable au début des restaurations, mais tout de même indépendants (il s’agissait d’assainir le bâtiment pour éviter des infiltrations ou des remontées d’eau). Le tout pour un total de 791 772 € sur 5,2 millions d’euros. La Ville contribue donc pour 15,2% à la restauration de Saint-Germain des Prés.

JPEG - 342.8 ko
3. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
et Alexandre Denuelle (1818-1879)
Paroi gauche du sanctuaire
de Saint-Germain-des-Prés
, 1842-1846
après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

La Ville paye les entreprises, le fonds de dotation disposant d’un an pour rembourser à compter de la fin de chaque tranche. Ce mode de financement est d’ailleurs parfaitement opaque : le fonds règle la ville, sans savoir exactement ce qu’elle a elle même payée. Ce qui est certain en revanche, c’est que 79,2% de la restauration provient du mécénat. La participation très insuffisante de la Ville au coût de ce chantier a une conséquence : l’État (la DRAC) ne donne rien, car il faut pour obtenir un financement du ministère de la Culture une participation significative du propriétaire (la Ville de Paris donc) aux travaux. L’avenir du chantier n’est pour l’instant absolument pas assuré. Si la première tranche a été entièrement financée (un peu plus de 1 million d’euros), la deuxième qui a déjà commencé et qui devrait se terminer en juin-juillet de l’année prochaine, pour un montant équivalent, devrait être réglée par le fonds en juillet 2019. Celui-ci a donc deux ans pour trouver cet argent… Quant aux tranches suivantes, c’est-à-dire notamment celle de la nef, elles sont pour l’instant considérées comme optionnelles, le fonds devant s’engager trois mois avant la fin d’une tranche à financer la suivante.

Non seulement la ville n’est pas à l’origine de cette restauration même si par la force des choses elle en est maître d’ouvrage, mais elle a même trainé des pieds pour la lancer. On peut d’ailleurs la comprendre, lorsque l’on voit le résultat. Une fois le chœur et le transept restaurés, il lui sera à peu près impossible de reculer, et au cas où le fonds de dotation ne parviendrait pas à récolter l’argent, on ne voit pas comment la restauration pourrait s’arrêter là.
Plus ennuyeux encore pour Anne Hidalgo : la magnificence de ce décor, au cœur de Paris, dans l’une des églises les plus visitées par les touristes, posera forcément à terme la question de l’abandon dans lequel se trouvent un nombre innombrables de décors peints des églises parisiennes. Leur état désastreux et la nécessité de les restaurer deviendront d’autant plus évidents que les peintures de Flandrin auront été redécouvertes dans tout leur éclat.

JPEG - 325 ko
4. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
et Alexandre Denuelle (1818-1879)
Décor du chœur de Saint-Germain-des-Prés
(apôtres)
, 1846-1848, après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Mais revenons au décor dont la genèse est contée précisément par Bruno Horaist dans le catalogue de la rétrospective « Hippolyte, Auguste et Paul Flandrin » de 1984. Il s’agit des deux premiers chantiers menés dans l’église, avant ceux du transept et de la nef. Le sanctuaire - là où se trouvait le maître-autel au XIXe siècle - fut peint entre 1842 et 1846. Puis le chœur lui-même, qui formait autrefois une chapelle séparée du reste de l’église par une clôture qui passait derrière l’autel, fut peint entre 1846 et 1848. Alexandre Denuelle, l’auteur des peintures purement décoratives (dont la voûte étoilée1 - ill. 2), et Hippolyte Flandrin travaillaient en parfaite harmonie, et ce dernier fut assisté, sur ces deux chantiers, par son frère Paul et par deux élèves : Louis Lamothe et Joseph Pagnon.
Sur chaque paroi du sanctuaire, Hippolyte Flandrin a peint une scène de la vie du Christ : à gauche La Montée au Calvaire (ill. 3), à droite L’Entrée du Christ à Jérusalem. Si la participation des élèves de Flandrin n’est pas connue, on sait en revanche que Paul peignit sous les traits d’Hippolyte la tête du Christ dans ces deux compositions. Au dessus de chacune d’entre elles se trouvent quatre Vertus (à gauche, les Vertus théologales, plus la Patience, à droite les Vertus cardinales). Enfin, les parties hautes de chacune de ces parois figures des personnages en rapport avec l’histoire de l’abbaye.


JPEG - 363.3 ko
5. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
et Alexandre Denuelle (1818-1879)
Décor du chœur de Saint-Germain-des-Prés
(symbole des évangélistes)
, 1846-1848, après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 308.1 ko
6. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
et Alexandre Denuelle (1818-1879)
Décor du chœur de Saint-Germain-des-Prés
(symbole des évangélistes)
, 1846-1848, après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Le chœur (autrefois appelé chapelle des Apôtres) se présente dans un style différent. Alors que pour le sanctuaire, Flandrin avait opté pour une inspiration du XVIe siècle romain, il se tourne ici vers le XIIIe siècle byzantin comme il avait pu le voir à Saint-Marc de Venise. Il peint à droite et à gauche les douze apôtres (ill. 4), au fond du chœur les symboles des évangélistes entourant l’agneau (ill. 5 et 6) ainsi que, dans les écoinçons des verrières des côtés, des anges aux bras et aux ailes écartés et tenant des couronnes (ill. 7). On notera que les dessins des cinq vitraux, dus à la Maison Gérente et représentant les figures du Christ (ill. 8), de la Vierge, de saint Jean-Baptiste, de sainte Geneviève et de saint Germain, sont de la main de Flandrin. Un seul carton à grandeur nature (celui pour sainte Geneviève) est conservé au dépôt d’Ivry de la Ville de Paris et fut présenté à l’exposition Flandrin, même si sa réalisation est probablement due à la Maison Gérente.


JPEG - 330.7 ko
7. Hippolyte Flandrin (1809-1864) et
Alexandre Denuelle (1818-1879)
Décor du chœur de Saint-Germain-des-Prés
(ange)
, 1846-1848, après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 422 ko
8. Maison Gérente
d’après Hippolyte Flandrin
Vitrail avec le Christ
Chœur de Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

La deuxième phase des travaux concerne désormais le transept. Seul le bras nord fut peint, en 1864, non par Hippolyte Flandrin qui venait de mourir, mais par Sébastien Cornu, autre peintre lyonnais et élève d’Ingres. Le bras nord devait être décoré par Alexandre Hesse qui disparut avant d’avoir pu le faire et la commande fut finalement annulée.
Les décors de Sébastien Cornu représentent L’Invention de la vraie Croix, Saint François d’Assise, Saint Pierre, Saint Jean de la Croix, La Transfiguration, La Mission des Apôtres, Jésus laissant venir à lui les Petits Enfants et La Descente aux Limbes. On se réjouit de leur restauration prochaine.



On conclura cependant cet article en rappelant comment la Ville de Paris a traité la COARC, le service en charge de la maîtrise d’ouvrage de ces restaurations toujours menées de manière exemplaire. Pour les récompenser de leur travail, on sait qu’il a été décidé de les envoyer Porte de la Chapelle, une localisation inadaptée à leurs missions pour des raisons évidentes que nous expliquions ici (voir l’article). Depuis, presque tous les conservateurs sont partis ou sont sur le point de partir, ce qui entraînera nécessairement une transition complexe et qui viendra encore réduire la capacité d’action de ce service.
Tout aussi grave : pour d’obscures raisons administratives, certains restaurateurs ayant été employés sur cette première tranche de travaux n’avaient toujours pas été payés, depuis plus de six mois, à la veille de l’inauguration. Rappelons que le seul rôle de la mairie est d’avancer l’argent, ce qu’elle n’est manifestement même pas capable de faire correctement, plaçant certains restaurateurs dans des situations financières délicates.
Voilà comment la Ville de Paris « prend soin de son patrimoine » et « met en valeur » ceux qui le restaurent.


Didier Rykner, mercredi 5 juillet 2017


Notes

1Pour inciter les Parisiens à donner, même modestement, le fonds de dotation proposait d’adopter symboliquement une étoile pour un montant minimum de 100 €, soit 33,3 € après défiscalisation.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : PLU de Versailles : épilogue heureux d’un combat de 6 années