Deux bergères de la Chancellerie d’Orléans préemptées par l’Etat Contenu abonnés


JPEG - 80.7 ko
Mathieu de Bauve (mort vers 1786)
Charles De Wailly (1730-1793),
Bergères
Hêtre - 96 x 64 x 65 cm
Photo : Aguttes
Voir l'image dans sa page

17/6/12 - Acquisitions - Paris, - Après le Louvre et le buste de Bouchardon, l’Etat a préempté, lors de la vente organisée par Aguttes le 11 juin dernier, une paire de bergères pour 118 000 euros (hors frais), grâce au fond du patrimoine du ministère de la Culture et au mécénat de… la Banque de France. Estampillées Mathieu Bauve, elles ont été réalisées vers 1766-1768 d’après les dessins de Charles de Wailly (1730-1793), pour l’Hôtel d’Argenson dit aussi Hôtel de la chancellerie d’Orléans, détruit en 1923 par… la Banque de France.
C’est entre 1762 et 1770 que Marc-René de Voyer de Paulmy d’Argenson, marquis de Voyer, confia à Charles de Wailly,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Plein d’erreurs dans les animations 3D du château de Versailles

Article suivant dans Brèves : L’UNESCO expose des œuvres récupérées par l’Italie