Breguet : une publi-exposition au Louvre Contenu abonnés


jpg-breguet_louvre-jpg Le développement du mécénat d’entreprise doit, assurément, être encouragé. Celui-ci constitue désormais une source importante de financement pour organiser des expositions, enrichir les collections des musées ou restaurer les monuments historiques. Il faut s’en réjouir, à condition que des limites strictes ne soient pas franchies.

Première condition : le mécénat ne doit pas remplacer l’argent public. On constate pourtant, depuis quelques années, une raréfaction des fonds provenant de l’Etat et on a parfois l’impression que l’on attend des entreprises qu’elles prennent la place de celui-ci. C’est particulièrement vrai pour les acquisitions des trésors nationaux : la crise économique actuelle tend à diminuer la participation des sociétés, ce qui a occasionné récemment la sortie de France de plusieurs œuvres importantes que les musées français sont incapables d’acheter (voir éditorial du 10/5/09).
Seconde condition : le mécène n’a pas à dicter la politique de l’institution qu’il soutient. Ce deuxième postulat a été quelque peu mis à mal récemment à Versailles, où l’on avait parfois l’impression que les entreprises ou les American Friends of Versailles décidaient des priorités de l’Etablissement public. Jean-Jacques Aillagon paraît, fort heureusement, avoir mis un frein à cette dérive, au moins en ce qui concerne les jardins.
Une exposition en cours au Musée du Louvre repose à nouveau toutes ces questions en dépassant les limites admises jusqu’à aujourd’hui. Sous prétexte d’organiser une rétrospective de l’horloger Abraham-Louis Breguet (1747-1823), il s’agit en réalité d’une véritable opération publicitaire tressant les lauriers de la société Montres Breguet SA et de son président-directeur-général Nicolas G. Hayek.

Dès l’entrée de la chapelle où se déroule cette manifestation, le ton est donné. On peut y lire : « Depuis 1999, sous l’impulsion de Nicolas G. Hayek, c’est désormais dans le monde entier que le nom de Breguet est reconnu comme une référence…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : La Villa Médicis n’est pas un hochet

Article suivant dans Éditorial : Hôtel Lambert : et si le bon sens prévalait ?