La Villa Médicis n’est pas un hochet Contenu abonnés


JPEG - 28.4 ko
Villa Médicis
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

La nomination du nouveau ministre de la Culture présente au moins un inconvénient. Il laisse l’Académie de France à Rome sans directeur, un peu plus d’un an après la tragi-comédie qui s’était jouée entre l’auto-désignation de Georges-Marc Benhamou et le choix de Frédéric Mitterrand. Rappelons que celui-ci, dont nous avons souligné le bon bilan (voir brève du 23/6/09), avait été retenu après l’avis donné par une commission ad’hoc.

Il se murmurait que le poste vacant pourrait être occupé par Christine Albanel. Selon la presse d’aujourd’hui, le premier ministre, François Fillon, le lui aurait effectivement proposé mais elle l’aurait décliné.
Il est invraisemblable que la Villa Médicis soit considérée comme un endroit où…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Le triste cinquantenaire du ministère de la Culture

Article suivant dans Éditorial : Breguet : une publi-exposition au Louvre