Albrecht Dürer et la gravure allemande. Chefs-d’oeuvre graphiques du Musée Condé à Chantilly Contenu abonnés


Chantilly, Musée Condé, prolongé jusqu’au 8 mars 2004.

JPEG - 63.4 ko

Cela fait quelques années que le musée Condé, sous l’impulsion de son conservateur Nicole Garnier, a pris l’excellente habitude d’exposer systématiquement son fond. On sait que le duc d’Aumale, donateur des collections, en a formellement interdit le prêt et qu’on ne peut donc les voir qu’à Chantilly. Outre les peintures et objets d’art, il laissa notamment une bibliothèque imposante, des dessins mais aussi des estampes, l’aspect le moins connu de la donation. Pour la première fois, une partie de ces gravures, celles de l’école allemande du XVe et du XVIe siècle, est révélée au public. Toutes furent acquises auprès de deux grands marchands anglais, Colnaghi et Holloway, jusqu’en 1870, date du retour du duc en France, et sont souvent de provenance prestigieuse, comme le prouvent les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Aimé et Louis Duthoit. Derniers imagiers du Moyen Age

Article suivant dans Expositions : Frédéric Bazille