Publicité Annonce Evreux Renaissance Juillet 2017

Poussin exposé dans le nouveau cabinet d’art graphiques du Musée Condé


10/9/17 - Exposition - Chantilly, Musée Condé - La deuxième exposition du nouveau cabinet des dessins du Musée Condé, consacrée à Nicolas Poussin, est l’occasion pour nous de dire un mot de ce nouvel espace remarquablement restauré par l’architecte en chef des monuments historiques Pierre-Antoine Gatier pour accueillir désormais les arts graphiques de la collection du Duc d’Aumale (ill. 1 et 2).


JPEG - 321.4 ko
1. Exposition des dessins de Nicolas Poussin dans le
nouveau cabinet d’arts graphiques du Musée Condé
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 327.5 ko
2. Exposition des dessins de Nicolas Poussin dans le
nouveau cabinet d’arts graphiques du Musée Condé
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

De son temps, cet appartement servait d’hébergement pour les invités. Son décor de boiseries a été respecté, l’accrochage se partageant entre les murs où il a fallu tenir compte des lambris et des vitrines centrales plutôt discrètes qui se fondent bien dans ce décor. Si l’espace sur les cimaises est donc limité, les cinq pièces peuvent tout de même présenter un nombre respectable de feuilles. L’éclairage, aux normes de conservation, est bien étudié ce qui permet, grâce aussi à des verres sans reflets1, de les voir dans les meilleures conditions. Ajoutons que plusieurs dessus-de-portes par l’Autrichien Joseph Rebell proviennent de la collection de la reine Caroline (voir l’article sur l’exposition d’Ajaccio).


JPEG - 405 ko
4. Nicolas Poussin (1594-1665)
L’Adoration des mages
Plume, lavis d’encre brune - 22,2 x 32,2 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : RMN-GP/M. Urtado
Voir l'image dans sa page
JPEG - 52.5 ko
3. Nicolas Poussin (1594-1665)
Groupe de personnages regardant à terre
Plume, lavis d’encre brune - 9,7 x 20,2 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : RMN-GP/R.-G. Ojéda
Voir l'image dans sa page

La première exposition montrait les chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne, celle-ci présente tous les dessins de Poussin du Musée Condé, trente-six au total - presque 10% des feuilles conservées de l’artiste comme le fait remarquer Pierre Rosenberg. Ceux-ci, restaurés grâce au mécénat du Crédit Agricole Brie‑Picardie, sont de toutes natures, des croquis (ill. 3) aux compositions les plus abouties (ill. 4) préparatoires à des œuvres achevées. Pierre Rosenberg définit parfaitement l’art de dessinateur de Poussin. Il n’était pas un virtuose à la manière des italiens et ne se préoccupait guère de la pérennité de ces études qu’il ne considérait que comme des outils pour la conception de ses grandes toiles. Mais tout, dans ces œuvres, est soigneusement pensé : pas un trait, pas un lavis qui ne soit à sa place. Poussin est un grand dessinateur presque malgré lui.

L’exposition est accompagnée d’un petit catalogue qui reproduit tous ces dessins, mais aussi les peintures de Poussin conservées à Chantilly que l’on peut voir dans les salles du musée, à l’exception du Massacre des Innocents qui fait l’objet d’une autre exposition au Jeu de Paume du château, dont nous parlerons très rapidement. Le cabinet des arts graphiques accueillera désormais trois expositions par an, permettant ainsi de mieux valoriser l’un des plus importants fonds des musées français, riche aussi d’estampes et de photographies.


Commissaire : Nicole Garnier, assistée d’Astrid Grange.


Nicole Garnier-Pelle et Pierre Rosenberg, Nicolas Poussin, collection Les Carnets de Chantilly, 2017, Éditions Faton, 96 p., 19,50 €. ISBN : 9782878442335..


Informations pratiques : Musée Condé, 60500 Chantilly. Tél : +33 (0)3 44 27 31 80. Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h. Tarif pour l’exposition et le domaine : 17 € (réduit : 10 €).

L’exposition a lieu du 11 septembre 2017 au 7 janvier 2018.


Didier Rykner, dimanche 10 septembre 2017


Notes

1Dont ne bénéficient malheureusement pas tous les dessins.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le guéridon de Jérôme Bonaparte reviendra-t-il à Villandry ?

Article suivant dans Brèves : Des Sèvres pour Fontainebleau