Petits portraits, grands personnages. Miniatures des XVIe au XIXe siècles du musée Condé Contenu abonnés


Chantilly, Musée Condé, du 19 septembre 2007 au 7 janvier 2008

JPEG - 20.3 ko
1. Jean-Baptiste-Jacques Augustin (1759-1832)
Marie-Gabrielle de Sinéty,
duchesse de Gramont-Caderousse

Aquarelle et gouache sur ivoire - Diam : 7,2 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : RMN/R.G. Ojéda
Voir l'image dans sa page

Souvent considérée comme un art mineur, la miniature est en général perçue comme l’œuvre d’un bon artisan et non comme celle d’un véritable créateur. Son statut, entre objet d’art et peinture, ne facilite d’ailleurs pas sa reconnaissance à un rang élevé dans l’échelle artistique. Pourtant, du XVIe au XIXe siècle, la miniature a constitué une discipline majeure, tant par sa fonction sociale, souventla représentation en petit format de l’être ou du lieu aimé, que par ses qualités artistiques.

La miniature trouve sa source dans l’enluminure. Ce terme ne dérive d’ailleurs pas du latin minimus, superlatif de parvus (petit), mais de rouge minium (rouge de plomb), couleur des lettrines dans les manuscrits du Moyen-Âge. Elle se développe au XVIe siècle sur vélin, la peau très fine du veau mort-né. A partir du XVIIe siècle, les artistes recourent à des supports plus variés, comme le cuivre et le papier. Vers 1700, l’introduction de l’ivoire par la vénitienne Rosalba Carriera opère une révolution technique qui conduit à l’apogée de la miniature entre 1770 et 1840. Le développement de la photographie au milieu du XIXe siècle sonne alors le glas d’un savoir-faire dont le raffinement avait élevé à un niveau véritablement artistique la production de ces objets intimes. Le talent dans la représentation s’était d’ailleurs conjugué avec l’ingéniosité des créateurs pour intégrer la miniature à des bijoux (chatons de bague, bracelets, têtes d’épingle, pendentifs, broches et boutons d’habit), boites, tabatières, carnets de bal et même des reliquaires. Ainsi la boite à tabac ornée d’une miniature faisait fureur à la fin de l’Ancien régime et le duc de Lorraine en posséda près de trois cent.

La collection du Musée Condé, la plus importante en France après…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : The Art of Lee Miller

Article suivant dans Expositions : Alfred Kubin (1877-1959). Souvenirs d’un pays à moitié oublié