Acquisitions des XVIIe et XVIIIe siècles du Musée des Beaux-Arts de Rennes Contenu abonnés


JPEG - 235.4 ko
1. Jean Senelle (1605 ?-entre 1654 et 1671)
La Présentation de l’Enfant Jésus au Temple, vers 1640
Huile sur toile - 102 x 90 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

23/7/16 - Acquisitions - Rennes, Musée des Beaux-Arts - Le musée a acquis récemment, auprès de la galerie Terrades à Paris, un tableau de Jean Senelle représentant La Présentation du Christ au temple (ill. 1). Déjà très riche en peintures françaises du XVIIe siècle, Rennes fait ainsi entrer dans ses collections l’œuvre d’un artiste rare dans les collections des musées français, à l’exception de celui de Meaux, sa ville natale, et d’Orléans, ville où il travailla également.
Jean Senelle eut une formation marquée par deux ateliers, les plus actifs à Paris à cette époque, ceux de Georges Lallemand et de Simon Vouet. Du premier il conserve un goût pour les figures allongées, teintées de maniérisme tardif. Du second, il tire un sens de la composition plus fougueuse, plus baroque en quelque sorte, et une typologie de personnages aux visages ronds, aux musculatures marquées qui identifient tout de suite sa formation. Senelle est un talent inégal : certains de ses tableaux sont d’un style relâché, parfois presque maladroit, tandis que dans ses meilleures œuvres comme ici il rejoint le niveau des bons élèves de Vouet tels que Charles Poerson ou Michel Dorigny.
Comme le fait remarquer Guillaume Kazerouni, dans la notice qu’il nous a transmise : « La disposition des personnages devant une architecture classique monumentale est directement inspirée des œuvres de Vouet tels que La Présentation au temple (1640, Paris, musée du Louvre). La figure de la Vierge, à la draperie ample et lumineuse, les couleurs claires et brillantes ainsi que le rythme de la composition sont également redevables à l’art du premier peintre de Louis XIII. Toutefois, les figures secondaires, voire même l’enfant Jésus sont marquées par un naturalisme pittoresque dont les racines se trouvent dans le courant précieux…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Plusieurs dépôts importants pour le Musée des Beaux-Arts de Rennes

Article suivant dans Brèves : Jack Lang alerte la ministre de la Culture sur les travaux de la galerie Vivienne