Les trésors du cabinet des dessins du musée Condé à Chantilly Contenu abonnés


Chantilly, Musée Condé, jusqu’au 13 juin 2004

JPEG - 45.7 ko
1. Hans Holbein l’Ancien (1460-1524)
Autoportrait
Pointe d’argent, craie et sanguine - 13 x 10 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : Giraudon Bridgeman

Quoi de plus réjouissant qu’une ballade en autocar, surtout quand celle-ci a pour destination Chantilly et pour objet la visite en son musée Condé d’une infime partie, mais ô combien choisie, de la collection du cabinet des dessins (2.500 pièces) de son généreux donateur ! Organisée sous l’égide de l’Institut de France, cette promenade nous était proposée dans le cadre de la semaine du dessin qui sacre désormais chaque année, fin mars ou début avril, Paris capitale mondiale de cette discipline. L’exposition qui nous attend au bout de cette merveilleuse route ombragée nous invite, à travers une sélection de quatre-vingt dix de ses œuvres graphiques, à connaître, reconnaître et apprécier tout ce qui fit l’esprit de son unique collectionneur : son amour pour l’Histoire et tout ce qui brillamment l’illustra.

Henri d’Orléans (1822-1897) n’eut très jeune d’autre alternative que de conserver et perpétuer l’héritage transmis en 1830 par les princes de Condé. Cette charge inattendue, le jeune duc saura avec rectitude puis avec passion lui donner toutes ses lettres de noblesse. Jusqu’à la fin de ses jours, le maître des lieux et de ses trésors, trouvera toujours prétextes à nourrir sa passion sans cesse dévorante.

A travers ce petit billet d’humeur, une fois encore et comme souvent, je tenais à rendre hommage au travail d’un des principaux responsables et artisans de cette riche exposition, Madame Nicole Garnier-Pelle Conservateur en chef du Patrimoine chargée du musée Condé. On ne dit ni n’écrit jamais assez combien la personnalité du gardien du savoir d’un lieu - fut-il ou non modeste - est primordiale pour le rayonnement de ses collections. Non seulement notre conservateur à le sens aigu des relations humaines mais son indispensable catalogue (le dernier en date) nous prouve une fois de plus que compétence peut sans…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Il Cerano, 1573-1632. Protagonista del’600 Lombardo

Article suivant dans Expositions : Art Nouveau & Design, 1830-1958. Les arts décoratifs de 1830 à l’Expo 58