Contenu abonnés

Une verrue aux abords de l’abbaye de Noirlac

4 4 commentaires

Ce n’est pas un scandale patrimonial majeur. Mais les dysfonctionnements évidents que l’on constate quasiment quotidiennement dans la gestion des monuments historiques en France y sont présents, et il serait sans doute temps de s’inquiéter de cette dérive.


2. L’auberge de Noirlac avant les travaux
Photo : Google Streets
Voir l´image dans sa page

L’abbaye de Noirlac est entièrement classée depuis 1862. La partie concernée par cet article se situe à proximité de l’abbaye : il s’agit du restaurant appelé « auberge de l’Abbaye de Noirlac », qui appartient comme l’abbaye au département du Cher. Elle n’est pas directement inscrite ni classée (même si elle le mériterait), mais elle est théoriquement protégée car elle se trouve aux abords de l’abbaye.



Le département du Cher a décidé de construire une extension de 30 m2 pour y agrandir la salle de restaurant : remarquons qu’auparavant, celui-ci fonctionnait parfaitement sans cette salle supplémentaire, et qu’une terrasse estivale s’installait devant, à l’emplacement où la nouvelle construction va s’élever (ill. 1).
Un tweet (voir ci-dessus) dénonçant cette construction en cours a attiré notre attention sur cette affaire. On ne comprend pas bien, en effet, comment cette verrue affreuse (ill. 2) pouvait être construite contre un joli bâtiment ancien, aux abords d’une abbaye cistercienne.


1. Les travaux en cours sur l’auberge de Noirlac
Photo : Luc Martin
Voir l´image dans sa page

Nous avons donc interrogé l’architecte des bâtiments de France (ABF) en charge du secteur Valérie Richebracque. Celle-ci, tout en reconnaissant que la construction en cours était « il est vrai assez disgracieuse », avait tout de même été autorisée par l’UDAP.
Ses arguments sont les suivants :
- « la façade de ce bâtiment a[vait] été très fortement…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.