Contenu abonnés

Un tableau d’Eckersberg pour la Davids Samling de Copenhague

26/2/20 – Acquisition - Copenhague, Davids Samling - C’est une vente qui a fait du bruit : le marteau est tombé à 5 600 000 couronnes danoises - soit 975 000 € - hier après-midi chez Bruun Rasmussen à Copenhague, célébrant la dernière vue de Paris peinte par Christoffer Wilhelm Eckersberg encore disponible sur le marché et établissant un nouveau record mondial aux enchères pour l’artiste. C’est la Davids Samling de Copenhague qui a dépensé cette somme importante pour faire entrer dans ses collections L’Aqueduc d’Arcueil, petite huile sur toile (ill. 1) peinte en 1812, dont elle possédait déjà depuis 1969 le pendant, La barrière de Longchamp au Bois de Boulogne (ill. 2), déjà acquis auprès de la grande maison de ventes danoise. Détail charmant, on reconnaît le même couple élégant sur les deux tableaux, peint de dos devant la barrière de Longchamp mais vu de face devant l’aqueduc d’Arcueil. Cet ouvrage d’art qui remonte au XVIIe siècle a été commandé par la reine mère Marie de Médicis afin d’alimenter en eau la ville de Paris ainsi que le jardin de son palais du Luxembourg, où l’aqueduc achevait sa route. L’aqueduc d’Arcueil constituait manifestement un motif à la mode au début du XIXe siècle : on le retrouve notamment dans ce tableau de Jean-Victor Bertin (1767-1842). Le Statens Museum for Kunst de Copenhague possède par ailleurs un dessin de l’aqueduc par Eckersberg, daté du 29 juin 1811, où l’on remarque déjà la disposition de l’édifice et la figure de lavandière telles qu’elles seront reprises dans le tableau. Le journal de l’artiste précise que celui-ci fut terminé le 18 décembre 1812 : Eckersberg a donc mis à profit la mauvaise saison pour exécuter un tableau composé à partir d’éléments dessinés pendant l’été.


1. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
L’Aqueduc d’Arcueil, 1812
Huile sur toile - 32,5 x 40,5 cm
Copenhague, Davids Samling
Photo : Bruun Rasmussen
Voir l´image dans sa page
2. Christoffer Wilhelm Eckersberg…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.