Trois préemptions des musées français chez Sotheby’s

Didier Rykner

17/5/19 - Acquisitions - Paris, Musée de Cluny ; Lunéville, château et Compiègne, palais - Lors de la vente par Sotheby’s Paris de la collection Schickler-Pourtalès, qui a eu lieu hier 16 mai, les musées français ont préempté trois lots.


1. Allemagne du Sud ou Rhin Supérieur, premier quart du XVIe siècle
Saint Pierre, Saint Jean et probablement Saint Jacques
Bois polychrome - 43 x 43 cm
Préempté par le Musée de Cluny
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Le premier est un groupe en bois polychrome (ill. 1) représentant saint Pierre, saint Jean et sans doute saint Jacques de l’école allemande (Allemagne du Sud ou Rhin supérieur), acquis par le Musée de Cluny pour 27 500 € (avec frais). Ce type d’œuvre, où plusieurs saints sont représentés à mi-corps faisant partie d’un même ensemble sculpté, se trouvait sur les prédelles des retables. On peut comparer celle-ci avec les sculptures de Nicolas de Haguenau du retable d’Issenheim dont nous avons récemment parlé à l’occasion de leur restauration en cours (voir la brève du 11/3/19).


2. Mobilier de salon d’époque Régence
Noyer sculpté et tapisserie de Beauvais
Préempté par le château de Lunéville
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Le deuxième est un mobilier de salon d’époque Régence, comprenant cinq fauteuils et un canapé, qui a été préempté par le château de Lunéville pour 15 000 € (avec frais). Il est garni d’une tapisserie de Beauvais du XVIIIe siècle, à décor de bouquets de fleurs.


3. Eugène Lami (1800-1890)
Tableau final des commentaires de César, 1866
Aquarelle et gouache - 20 x 37,5 cm
Préempté par le château de Compiègne
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

La troisième préemption est une aquarelle d’Eugène Lami, acquise par le château de Compiègne pour son musée du Second Empire pour 15 000 € (frais inclus). Elle représente le tableau final des Commentaires de César, pièce d’Alexandre-Philippe Régnier, marquis de Massa, qui fut jouée le 26 novembre 1865 sur le petit théâtre démontable de Compiègne devant l’Empereur et l’Impératrice. Les acteurs, tous amateurs et membres de la cour, ont signé sur le passe-partout à côté du nom de leur rôle. On y voit notamment le prince impérial autour duquel tous les protagonistes sont réunis. L’orchestre était dirigé par le prince de Metternich et le rôle du souffleur était dévolu à Viollet-le-Duc.
Notons que se termine dimanche à Chantilly une petite exposition très bien faite d’aquarelles d’Eugène Lami en lien avec le duc d’Aumale. Nous devions parler de celle-ci mais l’actualité de Notre-Dame nous en a empêché. Il ne faut pas hésiter néanmoins à s’y rendre avant qu’elle ne ferme, ni à acheter l’excellent petit catalogue qui a été publié à cette occasion.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.