Contenu abonnés

Secrets de bibliothèque, les souverains et leurs livres à Compiègne

Compiègne, Palais, du 6 octobre 2017 au 8 janvier 2018.

1. Bibliothèque de Napoléon Ier
Château de Compiègne
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Il est souvent ingrat d’exposer des livres quand ceux-ci ne sont pas illustrés. L’exposition que présente le château de Compiègne sur les bibliothèques, qui s’intéresse à celles successives de Louis XV, Louis XVI, Napoléon Ier (ill. 1) et Napoléon III, et élargit le propos aux autres bibliothèques royales et impériales, évite cet écueil en montrant aussi des œuvres d’art, dont des manuscrits enluminés qui commencent le parcours. On y verra également une présentation de la restauration à venir de la bibliothèque de Napoléon Ier.

La Bibliothèque nationale de France, dont on apprécie à quel point elle prête généreusement aux musées non parisiens, montre donc ici plusieurs manuscrits provenant de l’abbaye de Saint-Corneille de Compiègne qui furent envoyés à Paris en 1802 et y sont depuis conservés. On verra ainsi plusieurs livres enluminés du XIIe siècle ainsi qu’un luxueux missel du XIIIe dont l’enlumineur est connu sous le nom de Maître de Saint-Corneille, d’après l’abbaye éponyme.

Les bibliothèques respectives de Louis XV et Louis XVI à Compiègne, que l’on peut connaître en partie grâce à divers inventaires retrouvés, sont en revanche complexes à évoquer, d’autant qu’il est presque impossible de retrouver des livres dont on soit sûr qu’ils appartenaient à l’une ou l’autre. Les reliures ont en effet été refaites par la suite ce qui empêche de les identifier avec précision. On verra donc ici des ouvrages dont on sait qu’un exemplaire appartenait à la bibliothèque de Louis XV ou à celle de Louis XVI, mais venant d’autres résidences (par exemple Choisy-le-Roi). Trois livres provenant de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris faisaient peut-être partie de celle de Louis XVI à Compiègne, sans certitude.
Si les décors de ces bibliothèques, qui changèrent d’emplacement (un pour Louis XV, deux pour Louis XVI), n’existent plus, l’exposition présente trois sièges -…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.