Contenu abonnés

Réserves du Louvre : interview d’un(e) étudiant(e) en second cycle à l’École du Louvre et à Paris IV

2 2 commentaires
Projet des réserves du Louvre à Liévin
© Richard Rogers/Graham Stirk
Voir l´image dans sa page

Est-ce que cela vous arrive d’aller dans les réserves ?

Cela m’est déjà arrivé, et surtout cela m’arrivera de plus en plus souvent à mesure que je vais avancer dans mon parcours universitaire, puisque je prévois de faire une thèse.

Lorsque vous êtes allé(e) dans les réserves, c’était avec un conservateur ?

Oui, bien sûr, plusieurs fois, notamment avec des élèves de l’École du Louvre dans le cadre de nos séminaires.

Que se passera-t-il si les réserves déménagent à Lens ? Avez-vous les moyens de vous payer l’aller-retour à chaque fois que vous aurez besoin de consulter des œuvres ?

En tant qu’étudiant(e), évidemment non, sauf si cela est pris en charge par le musée ou par l’école ce qui est très peu probable. De plus, à part la question financière, il y a aussi une perte de temps qui est très dommageable pour un étudiant. On ne pourra s’y rendre que pendant les jours ouvrés alors qu’on a des cours, à présence obligatoire notamment au Louvre. Et donc pour aller faire nos recherches, on devra délaisser certains cours qui nous apportent beaucoup pour ces mêmes recherches, ce qui est tout de même paradoxal. Alors qu’avec des réserves à Paris ou à proximité, on peut prendre deux ou trois heures dans la journée, trouver une plage horaire sans que cela empiète sur nos cours, ni sur nos recherches en bibliothèque ou en archives qui restent à Paris.
Je travaille sur la peinture ancienne. Or dans mon domaine, tout n’est pas exposé dans les salles et quand on veut voir le corpus d’un peintre, on doit parfois se partager entre ce qui est exposé dans la collection permanente et ce qui est stocké en réserves. La proximité entre les deux permet de passer rapidement de l’un à l’autre, et de faire des comparaisons en gardant dans l’œil ce qu’on vient de voir. Rien ne remplace le regard sur l’œuvre. C’est presque comme dans une exposition où on réunit beaucoup de tableaux d’un même…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.