Contenu abonnés

Réputés disparus pendant la guerre, deux Donatello réapparaissent

Didier Rykner

Le Bode Museum organisait cet été une exposition qui vient juste de se terminer – et que nous n’avons pu voir que dans ses derniers jours -, consacrée aux œuvres disparues ou gravement endommagées à Berlin en 1945 [1]. Remarquablement faite, elle présentait des objets récemment restaurés qui étaient restés en réserves depuis la guerre, un grand nombre d’entre eux ayant été restitués par l’Union soviétique à l’Allemagne de l’Est en 1958. Malgré les dégâts subis, certaines œuvres sont désormais à nouveau présentables et gardent encore quelque chose de leur beauté passée (ill. 1 et 2).


1. Michelozzo (1396-1472)
Madonne Orlandini, vers 1425-1430
Photographie avant restauration
Marbre - 80 x 60 cm
Berlin, Bode Museum
Photo : Bode Museum
Voir l´image dans sa page
2. Michelozzo (1396-1472)
Madonne Orlandini, vers 1425-1430
après restauration
Marbre - 80 x 60 cm
Berlin, Bode Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

D’autres hélas, comme ces deux Tullio Lombardo (ill. 3 à 5) - l’un des plus grands sculpteurs de la Renaissance italienne -, sont dans un état qui fait peine à voir. Celui de gauche, à peu près irrécupérable, est dans l’état dans lequel il fut trouvé à Berlin en 1945/46. Celui de droite (ill. 4) a été restauré dans les années 1960 pour essayer de lui rendre l’aspect du marbre.


3. Tullio Lombardo (1460-1532)
Porteurs de boucliers, après 1493
Marbre
Berlin, Bode Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Tullio Lombardo (1460-1532)
Porteur de bouclier, après 1493
Marbre
Berlin, Bode Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Beaucoup d’œuvres, sculptures et tableaux, étaient encore récemment considérées comme détruites, dont pas moins de trois Caravage. Des salles de l’exposition montraient les excellentes photos en noir et blanc de certains de ces tableaux (dont les Caravage), tirées aux dimensions d’origine (ill. 6). Le résultat était saisissant : connaissant le style de ces peintres, on se…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.