Contenu abonnés

Le nécessaire de voyage de la duchesse d’Aumale rejoint le château de Chantilly

1. Maison Aucoc, vers 1850
Miroir issu du nécessaire de voyage de la duchesse d’Aumale
Vermeil gravé (détail)
Préempté par le Musée Condé
Photo : Coutau-Bégarie
Voir l´image dans sa page

17/5/21 - Acquisition - Chantilly, Musée Condé - Huit boîtes, une brosse à vêtements, deux brosses à cheveux, trois flacons carrés, cinq boîtes à poudre, trois miroirs (ill. 1), une théière - dont il manque aujourd’hui le manche - et son réchaud et deux encriers composent ce précieux nécessaire du milieu du XIXe siècle au décor ciselé et gravé d’une bordure de fines cannelures rehaussées de feuilles d’acanthe. Ces pièces en cristal et en vermeil ont été exécutées au milieu du XIXe siècle et arborent le poinçon de la maison Aucoc ainsi que les armes d’alliance des maisons d’Orléans et de Bourbon-Siciles, surmontées d’une couronne ducale et entourées d’une branche de laurier et d’une branche de rose. Ces derniers détails désignent sa propriétaire, Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, duchesse d’Aumale (1822-1869), dont la belle-mère Marie-Amélie portait aussi ces armes après son mariage avec Louis-Philippe en 1809 mais le poinçon de titre présent sur les pièces du nécessaire permet de le dater des environs de 1850. Ce nécessaire était proposé chez Coutau-Bégarie à l’hôtel Drouot le 7 mai dernier, où il fut adjugé pour la somme fort raisonnable de 9 500 € sans les frais [1] et préempté par le Musée Condé du château de Chantilly grâce à l’appui de la Fondation La Marck, abritée par la Fondation de Luxembourg, dont le fidèle soutien aux musées français est désormais bien connu des amateurs comme des lecteurs de La Tribune de l’Art.


2. Maison Aucoc, vers 1850
Nécessaire de voyage de la duchesse d’Aumale
Cristal à pans coupés et monture en vermeil
Préempté par le Musée Condé
Photo : Coutau-Bégarie
Voir l´image dans sa page

Après avoir mené une restauration exemplaire (voir l’article) des Petits Appartements du château, décorés pour le jeune…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.