Contenu abonnés

L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte (1750-1950)

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

Strasbourg, Musée d’Art moderne et contemporain, du 8 octobre 2011 au 12 février 2012.
Berne, Zentrum Paul Klee, du 31 mars au 15 juillet 2012.

Pimentée de mystères qui resteront entiers pour beaucoup de visiteurs, la nouvelle exposition du Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg se veut audacieuse en abordant « la fascination de l’occulte entre 1750 et 1950 », ou comment l’Europe des Lumières se mua en Europe des esprits. Ce sont donc deux siècles et un continent qui sont ainsi parcourus... Mais les commissaires se sont donné les moyens de leurs ambitions en réunissant quelque 500 œuvres et plus de 300 objets, livres et documents, qui permettent une approche du sujet à la fois scientifique, artistique et littéraire.
Dès le XVIIIe siècle, Voltaire et Lavoisier avaient pour contemporains le comte de Cagliostro et le Suédois Emanuel Swedenborg. L’un fut le thaumaturge à la mode dans la haute société strasbourgeoise puis parisienne, l’autre, auteur des Arcanes célestes (1747-1758), fit généreusement part de ses visions et de ses entretiens avec les habitants de la planète Mars.


1. Francisco Goya (1746-1828),
La Conjuration (Les Sorcières), 1797-1798
Huile sur toile - 43 x 30 cm
Madrid, Fundación Lázaro Galdiano
Photo : Fundación Lázaro Galdiano
Voir l´image dans sa page
2. Henry Fuseli (1741-1825)
Robin Goodfellow-Puck, 1787-1790
Huile sur toile, 106 x 82 cm
Schaffhausen, Museum zu Allerheiligen
Voir l´image dans sa page

Le parcours commence avec les romantiques, hérauts de « l’Europe de l’obscur », qui sondent les tréfonds de l’âme, l’inexplicable et la magie noire, incarnée par exemple par les sorcières de Goya houspillant un pauvre bougre apeuré (ill. 1). La littérature est une source inépuisable pour les peintres, Shakespeare notamment inspire Fuseli qui interprète le Songe d’une Nuit d’été, donnant une vision truculente de Puck, malicieux farfadet (ill. 2), ou plus alanguie de Titania (1785-1790) ; il puise encore dans les vers du dramaturge anglais pour représenter Mab, « reine des illusions », autre créature du folklore celte, décrite dans Roméo et Juliette comme n’étant…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.