Contenu abonnés

Henri-Edmond Cross. Peindre le bonheur

Giverny, Musée des impressionnismes, du 27 juillet au 4 novembre 2018.
Potsdam, Museum Barberini, du 17 novembre 2018 au 17 février 2019.

Richard Thomson, historien de l’art britannique spécialiste de l’art français de la fin du XIXe siècle, met en garde dans son essai [1])  : «  Henri-Edmond Cross est un homme complexe, un artiste subtil qu’il faut se garder d’interpréter trop simplement  ». Nous voilà avertis. Très tôt célébré par ses contemporains, artistes, poètes, marchands, collectionneurs, au rang desquels Signac, Van Rysselberghe, Verhaeren, Matisse, Kessler, Cross est aujourd’hui largement méconnu, souvent réduit à l’image d’un peintre sous influences, sagement académique, sagement néo-impressionniste, sagement fauve, peinant à se singulariser au cœur des avant gardes.

Vingt ans après la dernière exposition monographique qui lui fut dédiée au musée de la Chartreuse de Douai - l’exposition du musée Marmottan Monet en 2012 n’étant pas strictement monographique (voir l’article) -, la rétrospective du musée des impressionnismes, riche d’une rigoureuse étude des archives et de la correspondance de l’artiste, source prolifique quant à sa méthode, ses intentions et ses ambitions, entend fêler cette image d’un artiste lisse aux motifs trop convenus. Travail ardu tant les sujets peuvent demeurer bourgeois et la méthode diligente des œuvres de jeunesse à certaines compositions tardives. Le parcours, d’une centaine d’œuvres sur toile et sur papier, fruits de nombreux prêts nationaux et internationaux, est organisé en trois sections chronologiques complétées d’une section thématique dédiée à l’art graphique. Si l’on regrette l’absence d’une notice détaillée pour chacune des œuvres, le catalogue de l’exposition est bien construit, celles-ci étant, après les essais, présentées par section, la liste des œuvres exposées en annexes précisant clairement celles qui ne seront présentées qu’à Giverny ou à Potsdam où l’exposition se poursuivra au Museum Barberini.


1. Henri-Edmond Cross (1856-1910)
Monaco, 1884
Huile sur toile - 196 x 246 cm
Douai, musée de la Chartreuse
Photo : Musée de la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.