Contenu abonnés

Giovanni Battista Beinaschi (1636-1688)

Arnauld Brejon de Lavergnée

Auteurs : Vincenzo Pacelli et Francesco Petrucci

L’édition italienne, une fois encore, vient nous donner une preuve de sa vitalité : un peintre baroque actif entre Rome et Naples dans la seconde moitié du XVIIème siècle, Giovanni Battista Beinaschi (Fossano (Cuneo), 1636 – Naples, 1688) relativement peu connu du grand public – il n’est pas mentionné dans le Larousse des peintres – vient de bénéficier d’un superbe ouvrage, publié par Andreina et Valneo Budai Editori (juillet 2011). Les auteurs, un historien de l’art napolitain, Vincenzo Pacelli, et un romain, Francesco Petrucci, ont conjugué leurs efforts pour rédiger une monographie accompagnée d’un catalogue raisonné des œuvres. Sept historiens dont Pietro Boccardo, Gianluca Forgione et Giuseppe Porzio ont été sollicités pour la rédaction de divers chapitres (fortune critique, notices du catalogue,…).

Le plan est celui que l’on attend de ce type de livre : deux chapitres (de 100 pages chacun) sur l’activité de l’artiste à Rome et à Naples, la fortune critique et enfin le catalogue raisonné (102 pages) ; les apparati : œuvres perdues, rejetées et pièces d’archives complètent utilement le travail.

Mais qui est, en quelques lignes, Giovanni Battista Beinaschi ?
D’origine piémontaise, il reçut son éducation artistique auprès du peintre Esprit Grandjean. Très tôt, avant 1652, il entreprit le voyage d’étude à Rome. Il fut l’élève de Pietro del Po (1610-1692). Comme le rapporte Mariette (Abecedario, 1851, I, p. 108-109) : « Il n’est pas certain qu’il ait été disciple de Lanfranco, mais il n’est pas moins vrai qu’il en fut le sectateur et imitateur qui voulant marcher de trop près sur les traces de ce grand peintre a fait trop souvent la charge de sa terrible manière. Il a donné dans le noir, il a chargé ses contours et quoyque ce qu’il a peint montre de la verve et du génie, il n’a presque rien fait d’agréable… ».
Outre cette influence déterminante pour l’évolution de son style, on décèle à travers sa production artistique la méditation des grands maîtres : Raphaël…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.