Frédéric-Eugène Piat (1827-1903)

La Tribune de l’Art
Émile Colin & Cie, d’après le modèle créé
par Frédéric-Eugène Piat (1827-1903),
figures modelées par Léopold Steiner (1853-1899)
Horloge, L’Amour désarmé
Marbre blanc et bleu turquin, émail,
bronze doré - Dimensions inconnues
Localisation actuelle inconnue
Photo : Victor Champier, Les industries d’art à
l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889
Voir l´image dans sa page

Dans le cadre d’un mémoire de recherche en deuxième année de master à l’Université de Reims, je prépare une étude approfondie ainsi que le catalogue raisonné de l’œuvre de Frédéric-Eugène Piat (Montfey, 1827- Paris, 1903). Ce sculpteur-ornemaniste, dont l’œuvre est comparable à celle de Louis Constant Sévin, fut au service de l’industrie française du bronze d’art et d’ameublement durant la seconde moitié du XIXe siècle. Eugène Piat conçu de très nombreux modèles de statuaire, d’horloges, de candélabres, de torchères ou encore de garnitures de cheminées pour plusieurs fondeurs parisiens notamment Lemerle-Charpentier, Charles de Marnyhac, Léon Marchand, Henry Perrot, Ernest Mottheau, Emile Colin ou encore Victor Paillard.

Je serais très reconnaissant à toute personne possédant des œuvres de cet artiste ou des éléments (documents textuels ou photographies) permettant de documenter sa carrière, de bien vouloir me contacter. Je suis à la recherche de certaines œuvres réputées de l’artiste, notamment la grande horloge L’Amour désarmé, en marbre et bronze, exécutée par la maison Emile Colin et présentée à l’Exposition universelle de 1889.

Je vous remercie par avance de votre aide et vous assure une entière discrétion.

Vincent Lorion
Etudiant en master 2 « Protection et Valorisation du Patrimoine », Université de Reims
lorion.vincent@orange.fr
06.89.70.84.66

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.