Contenu abonnés

Exposition sur le XIXe siècle à la galerie Talabardon & Gautier

18/12/08 – Marché de l’art – Paris – Jusqu’au 31 décembre, la galerie Talabardon-Gautier à Paris présente sa traditionnelle exposition annuelle consacrée au XIXe siècle. Elle est accompagnée à son habitude d’un catalogue particulièrement riche où chaque œuvre est étudiée de manière détaillée.

On se contentera ici de citer quelques unes d’entre elles, dans un choix subjectif, en commençant par une petite terre cuite de David d’Angers (ill. 1), préparatoire au monument à Bichat élevé à Bourg-en-Bresse en 1843. On admirera la manière dont le sculpteur utilise la terre pour dépeindre avec virtuosité la texture des vêtements du médecin, qui accroche la lumière. Au contraire, il stylise l’enfant dont le canon et les proportions ne sont pas du tout réalistes. On retrouve ici une déformation expressive de l’anatomie caractéristique de David d’Angers qu’on peut retrouver, par exemple, dans certains de ses bustes.


1. Pierre Jean David,
dit David d’Angers (1788-1856)
Bichat, 1841
Terre cuite - 26,6 x 15,5 x 16,7 cm
Paris, Galerie Talabardon & Gautier
Photo : Galerie Talabardon & Gautier
Voir l´image dans sa page
2. Camille Corot (1788-1856)
En Forêt de Fontainebleau, vers 1845-1850
Huile sur toile - 54,5 x 40 cm
Paris, Galerie Talabardon & Gautier
Photo : Galerie Talabardon & Gautier
Voir l´image dans sa page

Le chef-d’œuvre de cet accrochage est sans doute le tableau de Camille Corot (ill. 2). Peint dans la forêt de Fontainebleau à un endroit qui n’a pas été localisé exactement, cette œuvre est située dans les années 1845-1850, soit plus de vingt ans après celle récemment acquise par le musée de l’Ecole de Barbizon (voir brève du 14/12/08). La présence d’un pin, à droite de la compositin, aide à la datation car cette essence ne fut introduite dans cette forêt que sous la Monarchie de Juillet.

On peut voir également des œuvres d’artistes moins connus mais toujours choisies avec un goût parfait. C’est le cas par exemple des trois études de paysage d’Emile…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.