Contenu abonnés

Emilio Terry architecte et décorateur

Auteur : Pierre Arizzoli-Clementel

Allié aux Castellane, aux Faucigny-Lucinge, ami des Noailles [1], des Polignac, et de plusieurs membres éclairés de l’aristocratie francaise et hispanophone, proche de Chanel puis de Louise de Vilmorin, de René Crevel, de Christian Bérard ou, à un moment de Dali, qui fit son portrait « dessinant » en 1934 [2] (ill. 1), Emilio Terry (1890-1969) pourrait apparaître aux yeux de beaucoup comme un fils de famille (cubaine et fortunée), membre de la Café-Society, qui se « pique » de décors et d’architecture [3]. Mais, grâce au beau travail des éditions Gourcuff-Gradenigo, le très intéressant portrait qu’en fait Pierre Arizzoli-Clémentel, appuyé sur le riche fonds documentaire qu’Emilio Terry a légué au Musée des Arts Décoratifs en 1965 [4] et sur plusieurs autres sources, constitue un apport important à l’entreprise de réhabilitation que ce personnage mérite amplement.

Après un premier chapitre biographique, qui constitue presque une partie autonome, Pierre Arizzoli-Clémentel étudie, dans des chapitres successifs et chronologiques, les différents projets ou réalisations d’Emilio Terry. Contribuant à la clarté de l’ensemble, il les a parfois regroupés dans une même section, notamment quand il s’agit de chantiers assez modestes, des arts du spectacle, ou d’un même et important commanditaire, comme Charles de Beistegui, connu dès 1922, ou les Nahmias. L’ouvrage se conclut sur un ensemble d’annexes pertinentes et qui sont, elles aussi, riches d’informations. Hélas, ce livre, écrit d’une plume très agréable et qui constituerait une base évidente pour une véritable exposition [5], souffre d’un défaut – involontaire - qui pourrait décourager certains lecteurs et simples curieux : hormis un cahier de photographies personnelles réunies en fin d’ouvrage, l’auteur n’a pu le ponctuer que de jolis dessins de Laurent de Commines. En effet, dans une application assez critiquable du droit moral, les héritiers d’Emilio Terry s’opposent à toute reproduction ou publication de ses…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.