Contenu abonnés

Derniers Impressionnistes. Le temps de l’intimité

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

Evian, Palais Lumière, du 16 mars au 2 juin 2019

Quimper, musée des Beaux-Arts et Musée départemental breton, du 15 juin au 29 septembre 2019.

1. Edmond Aman-Jean
Line et François Aman-Jean, 1907
Huile sur toile - 130 x 97 cm
Collection particulière
Photo : Yves Le Sidaner
Voir l´image dans sa page

Le titre est trompeur et l’on ne peut que s’en réjouir : il ne s’agit pas d’une énième exposition sur les impressionnistes. Les œuvres présentées à Évian [1] sont à la fois moins novatrices et plus inattendues. Ce ne sont pas des impressions fugitives, mais des sentiments latents que fixent sur la toile des peintres qui ne cherchent pas à saisir un phénomène climatique, mais à traduire une atmosphère. Ces artistes qualifiés d’ « intimistes » s’imposèrent à la Belle Epoque, rencontrant du succès aussi bien auprès du public que de la critique, ce qui explique sans doute qu’on les oublia par la suite. Ils n’étaient pas d’avant-garde, ils ne firent pas de (nouvelle) vague, ils surent plaire à leurs contemporains. Issus de la génération symboliste - ce qui se ressent dans certaines œuvres - ils virent les derniers feux de l’impressionnisme auquel on les associa parfois parce que beaucoup peignirent la nature sur le motif et que certains d’entre eux - Henri Martin, Henri Le Sidaner - s’essayèrent librement à la touche pointilliste. Mais alors que Monet et ses compagnons scrutaient l’extérieur, les intimistes cherchaient à « exprimer la vie intérieure des choses ou des êtres  » selon les mots de Camille Mauclair, à travers leurs scènes de genre, leurs portraits qu’ils voulaient psychologiques (ill. 1) et leurs paysages qui offraient une interprétation sentimentale de la nature.
Ils s’intéressèrent assez peu à la vie moderne, préférant des thèmes plus traditionnels. « C’est le fond même de la tradition et des goût de la bourgeoisie qu’incarnent ces peintres [2] » écrivit en 1933 Jacques Dupont avec une certaine condescendance, tandis que Hans Robert Jauss aurait pu y voir un art qui « satisfait le désir de voir le beau reproduit sous des formes familières, [et qui] confirme la sensibilité dans ses…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.