Décès de Marianne Roland Michel

Didier Rykner

19/11/04 - Disparition - Marianne Roland Michel est décédée brutalement le jeudi 18 novembre 2004. Fille de Jean de Cayeux et petite-fille de Paul de Cailleux, elle avait repris et dirigé pendant de nombreuses années la célèbre galerie Cailleux, rue du Faubourg-Saint-Honoré, découvrant et attribuant de très nombreux tableaux et dessins. Les grands musées français et étrangers s’approvisionnaient régulièrement chez elle.
Elle fut aussi une historienne de l’art, spécialisée dans le XVIIIe siècle français, mais dont la curiosité s’étendait aux écoles italiennes et au XIXe siècle. Les catalogues des expositions qu’elle organisait galerie Cailleux étaient d’ailleurs de véritables livres d’histoire de l’art. Parmi ses publications, notons les monographies sur Anne Vallayer-Coster en 1970, sur Jacques de Lajoüe et l’art rocaille, en 1984, chez Arthéna, sur Watteau en 1993 chez Flammarion et sur Chardin en 1994 chez Hazan. Elle avait participé à de nombreuses expositions dont, en 2001, celle des dessins du musée Borély de Marseille (elle est l’auteur du catalogue), en 2002, Anne Vallayer-Coster au Etat-Unis et à Marseille et en 2003 L’apothéose du geste. L’esquisse peinte en France au siècle de Boucher et Fragonard, dont nous avions parlé ici-même. Elle fit paraître également de très nombreux articles dans des revues d’histoire de l’art.
Permettons-nous une anecdote personnelle. Il y a une dizaine d’années, faisant des recherches sur un dessin proche d’Alexandre Ubelesqui, j’avais évoqué cet artiste lors d’une visite à la galerie Cailleux. Bien que ne me connaissant pas personnellement, Marianne Roland Michel m’avait proposé spontanément de me photocopier l’article de Pierre Rosenberg publié dans Artibus et historiae en 1990. Quelques jours plus tard, je recevais cet article par courrier. Ceci confirme ce dont témoignent ceux qui la connaissaient bien, à savoir qu’elle accueillait toujours avec gentillesse les chercheurs, et qu’elle leur ouvrait généreusement sa documentation et ses archives.
Un culte sera célébré à l’église réformée de Neuilly le 22 novembre à 14h30.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.