Catalogue raisonné de l’œuvre de Michel Dorigny (1616-1665)

Didier Rykner

Dans le cadre d’un master à l’université Paris-Sorbonne (2015-2017), j’ai réalisé une monographie et un catalogue raisonné de l’œuvre de Michel Dorigny (1616-1665), sous la direction d’Alain Mérot. Comptabilisant à peu près 140 numéros de peintures, 215 gravures et plus de 150 dessins, je poursuis indépendamment mon travail en vue d’une publication sur ce gendre et collaborateur de Simon Vouet.

Michel Dorigny (1616-1665)
Latone avec Apollon et Diane, vers 1650-1655
Huile sur toile - 116 x 82 cm
Localisation actuelle inconnue
Photo : D. R.
Voir l´image dans sa page

Peintre d’Anne d’Autriche et de Mazarin, des châteaux de Colombes, de Dampierre-en-Burly, de Vincennes, du palais Mazarin, des hôtels d’Hesselin, de Lauzun et d’Amelot de Bisseuil, Dorigny a eu une brillante carrière essentiellement dans le décor intérieur. En 1660, il est appelé avec François Tortebat pour réaliser un arc de triomphe à l’occasion de l’entrée dans Paris de Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche, arc qui s’élevait juste avant celui de Charles Le Brun, preuve sa notoriété et de son talent.

Mais l’œuvre de Dorigny a presque entièrement été attribué à Simon Vouet, auquel il a emprunté ce canon si particulier. Pourtant, contrairement à Vouet, il apportait une attention toute particulière à l’architecture, aux paysages, dans des compositions simples, aux couleurs plus fortes, avec des canons parfois plus gonflés, parfois plus courts, regardant Georges Lallemant son véritable maître, mais aussi Nicolas Poussin, Eustache Le Sueur, François Perrier et bien d’autres.

Je serais reconnaissant à quiconque possède des documents, des œuvres (et des localisations d’œuvres...) ou d’autres informations, de bien vouloir me contacter.

Avec mes remerciements,

Damien Tellas
damien.tellas@gmail.com

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.