Villa Médicis : et l’histoire de l’art ? Contenu abonnés


Simultanément, deux événements viennent de montrer à quel point l’histoire de l’art est maltraitée par nos gouvernants.

L’ "affaire Benamou", qui a vu fort heureusement ce courtisan dont chacun se plaît à dénoncer l’inconsistance écarté de la direction de la Villa Médicis, n’en connaîtra pas forcément pour autant un dénouement satisfaisant. Car dans ce débat, où certains remettent en cause l’existence même de l’Académie de France à Rome1, il y a une nouvelle fois une grande oubliée : l’histoire de l’art qu’André Malraux y avait fort judicieusement introduite. S’il est vrai sans doute que Rome n’est plus forcément la source d’inspiration première de nos artistes, elle est un lieu indispensable pour la formation des historiens de l’art français. Chaque année, parmi les plus brillants…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Lettre ouverte aux membres de la Société des Amis du Louvre

Article suivant dans Éditorial : Tout doit disparaître !