Tout doit disparaître ! Contenu abonnés


Le 25 juin le cycle de peintures décoratives d’Henri Martin peint pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de Béziers en 1932 (voir notre dernier article) a été finalement vendu aux enchères pour 2 251 000 £, démantelé puisque chaque tableau a été vendu séparément.

Il était pourtant possible d’empêcher cet acte de vandalisme qui s’apparente à l’indifférence pour les cloîtres romans au début du siècle dernier qu’on retrouve aujourd’hui en partie remontés dans les musées américains. L’impuissance du Ministère de la Culture est inexcusable et il faudra bien qu’il s’en explique un jour. Car un point est maintenant avéré : la demande d’autorisation de sortie était fausse puisque l’origine de ces tableaux n’était pas mentionnée. L’accord d’exportation était donc entaché de nullité et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Villa Médicis : et l’histoire de l’art ?

Article suivant dans Éditorial : A Versailles, le combat est ailleurs