Une grande sculpture d’Armand Bloch pour le Musée Rodin


JPEG - 307.4 ko
Armand Bloch (1866-1932)
Hommage aux maîtres Rodin,
Puvis de Chavannes,Renoir,
Garnier, Bracquemond
, 1924
Bois (chêne) - 105 x 58 x 33 cm
Paris, Musée Rodin
Photo : Galerie Édouard Ambroselli

25/10/16 - Acquisition - Paris, Musée Rodin - Élève de l’Académie Julian, puis d’Alexandre Falguière et d’Antonin Mercié, Armand Bloch se spécialisa très tôt dans la sculpture sur bois. En 1911, il présenta au Salon des artistes français le modèle en plâtre d’une commande de l’État intitulée Masques de peintres, sculpteurs, architectes et graveurs français du XIXe siècle et contemporains. L’œuvre, très originale, se présentait sous la forme d’une succession de masques (80 au total) surgissant d’une colonne irrégulière d’une hauteur de près de quatre mètres, surmontée d’une composition allégorique formée de palmes et d’instruments utilisés par les artistes. Le monument définitif, exécuté en chêne, fut montré au Salon deux ans plus tard en 1913 et est aujourd’hui conservé au Musée d’Art et d’Histoire de Roubaix.

Dans un esprit proche de ce grand bois sculpté, mais indépendamment, l’artiste réalisa plusieurs masques individuels ou des sculptures réunissant ceux de plusieurs artistes. C’est l’une d’elles qu’a acquis récemment le Musée Rodin auprès de la galerie Édouard Ambroselli à Paris. Il s’agit d’un hommage à cinq artistes : Rodin, bien sûr, Puvis de Chavannes, Renoir, Garnier et Bracquemond. Les trois premiers figuraient déjà sur le monument de Roubaix. Comme pour ce dernier, Bloch réalise ici une véritable allégorie des arts puisque figurent à la fois la sculpture (Rodin), la peinture avec deux artistes au style très différent, couleur contre dessin (Renoir et Puvis de Chavannes), l’architecture (Charles Garnier) et, enfin, la gravure (Félix Bracquemond).
À l’origine, ce bloc surmontait une colonne où étaient sculptés les outils des artistes, mais les deux parties ont été séparées à une date inconnue, avant la mort de Bloch puisque L’Hommage au Maître se trouvait dans son atelier à sa mort sous la forme actuelle, les noms des modèles, qui figuraient sur la partie inférieure, ayant d’ailleurs été à regravés sur celle-ci. Présenté au Salon de 1924, il valut à son auteur une médaille d’argent.


Didier Rykner, mardi 25 octobre 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Vouet inédit acquis par le Crocker Museum

Article suivant dans Brèves : Deux sculptures du XVIIIe siècle toulousain acquises par le Musée des Augustins