Un meuble de Thomas Hache acquis par la Fondation Bemberg


JPEG - 219.6 ko
Thomas Hache (1664-1747)
Meuble à deux corps et à retrait, vers 1685-1690
Noyer, olivier, pommier teinté, bois noirci,
sapin, bois d’eau - 224 x 174 x 64,5 cm
Toulouse, Fondation Bemberg
Photo : Galerie Michel Descours

8/4/15 - Acquisition - Toulouse, Fondation Bemberg - Au récent et premier salon Paris Beaux-Arts (voir la brève du 1/4/15), la fondation Bemberg a acquis, chez Michel Descours, un meuble exceptionnel de Thomas Hache.
Dans le petit catalogue publié à cette occasion par la galerie, la spécialiste des Hache, Françoise Rouge, déjà co-auteur de l’ouvrage de référence sur cette dynastie1, explique l’importance de ce meuble inédit. Sa structure « à deux corps » était jusqu’à aujourd’hui inconnue dans la production de Thomas Hache. Le décor en revanche est conforme à sa première manière telle qu’on la retrouve sur les meubles produits plus tard à Chambéry, entre 1690 et 1695. Nous reprenons ici la description donnée par Françoise Rouge qu’il est inutile de paraphraser : « on retrouve le même type de de corniche, avec frise de petits dés en bois sombre et clair alternés surmontant une large frise de rinceaux feuillagés enroulés autour des bras d’un personnage central. On retrouve le même type de vases dans les médaillons des quatre vantaux. Quant à la marqueterie de fleurs et branchages, elle est caractéristique de sa manière virtuose et de l’emploi qu’il fait du bois fruitier teinté pour ses fonds de marqueterie ». En revanche, certaines caractéristiques, notamment la présence de bois d’olivier, incitent à situer le lieu de fabrication de ce meuble à Toulouse vers 1685-1690, lorsqu’il travaillait dans l’atelier de son beau-père.
Le père de Thomas Hache, Noël, était marqueteur à Toulouse mais mourut tôt, vers 1675, alors que son fils n’avait qu’environ onze ans. La redécouverte de ce meuble confirme d’après Françoise Rouge son hypothèse que Thomas peaufina sa formation chez un maître parisien, certainement l’ébéniste Pierre Gole.

Ce superbe meuble viendra donc enrichir l’hôtel d’Assézat à Toulouse où se trouve la Fondation Bemberg. Sur celle-ci, nous renvoyons à l’émission La Semaine de l’Art que nous avons récemment enregistrée avec son président, Guillermo de Osma, et son directeur Philippe Cross.


Didier Rykner, mercredi 8 avril 2015


Notes

1Pierre et Françoise Rouge, Le génie des Hache, éditions Faton, 2005.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : À Langres, un Fra Angelico par Michel Dumas vient en rejoindre un autre

Article suivant dans Brèves : La Vue d’Avignon de Joseph Vernet entre au Louvre