La Vue d’Avignon de Joseph Vernet entre au Louvre


JPEG - 20.5 ko
Claude-Joseph Vernet (1714-1789)
Vue d’Avignon, de la rive droite du
Rhône, près de Villeneuve
, 1757
Huile sur toile - 99 x 182,7 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Sotheby’s

13/4/15 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - En juillet 2013 (voir la brève du 4/7/13), nous annoncions l’achat par Axa pour le Louvre d’un chef-d’œuvre de Joseph Vernet, Vue d’Avignon, de la rive droite du Rhône, près de Villeneuve, pour un montant de 5 346 500 £ avec les frais, soit l’équivalent de 6,3 millions d’euros. Il était aussi question, lors de son acquisition, que ce tableau soit finalement déposé au Musée Calvet d’Avignon. S’il est dommage que cette occasion de décentralisation, qui avait un vrai sens, n’ait pu se concrétiser, l’essentiel est bien que le patrimoine français se soit enrichi d’un très beau tableau. Peut-être le dépôt à Avignon pourra-t-il se faire un jour, le Louvre ne manquant pas d’œuvres de Joseph Vernet.

Cette toile, bien qu’acquise en juillet 2013, n’a fait son entrée officielle au Louvre, remise par Axa (qui bénéficiera d’un abattement fiscal de 90% de son prix), que jeudi dernier. Nous signalions en effet que ce tableau serait peut-être temporairement interdit de sortie par le ministère de la Culture britannique, ce qui fut le cas.
Les Anglais, qui ont une législation moins contraignante sur leurs trésors nationaux que la France puisque les interdictions de sortie ne durent que quelques mois, n’avaient pas d’autre choix que d’appliquer la loi puisque le tableau remplit les « critères Waverley » qui définissent quelles œuvres doivent être temporairement retenues au Royaume-Uni1.
En revanche, la National Gallery ne souhaitait pas à toute force conserver ce tableau. Si elle peut déjà exposer plusieurs Vernet, elle est aussi propriétaire d’une paire de pendants extrêmement importants, par leur taille, leur qualité et leur provenance. Il s’agit d’un Paysages au coucher du soleil avec pêcheurs revenant avec leurs prises et d’Un naufrage dans la tempête, signés et datés 1773. Ils furent peints pour le roi de Pologne qui ne les paya pas, puis acquis par Lord Clive (Clive of India). Ils sont donc conservés depuis l’origine en Angleterre. À leur vente, le 10 juillet 2003 chez Sotheby’s Londres (2 357 600 livres avec les frais), ils furent interdits de sortie et donnés à la National Gallery par les American Friends of the National Gallery grâce à David Koch qui offrit la somme nécessaire, sous réserve qu’ils lui soient prêtés jusqu’à sa disparition. Les deux tableaux appartiennent donc à la National Gallery, mais n’y seront exposés qu’au décès du collectionneur chez qui ils sont laissés en dépôt et qui, en quelque sorte, en possède encore l’usufruit.
Il semble par ailleurs qu’aucun autre musée britannique n’ait souhaité se mobiliser pour acheter ce tableau. Il a donc pu, finalement, obtenir son visa pour la France.


Didier Rykner, lundi 13 avril 2015


Notes

1Ces critères sont :
- œuvre liée de manière si importante avec l’histoire du Royaume-Uni que son départ serait une perte,
- œuvre d’importance artistique exceptionnelle,
- œuvre d’importance exceptionnelle pour l’étude d’une branche particulière de l’art, de la connaissance ou de l’histoire.
Pour être interdite temporairement de sortie, une œuvre doit remplir un au moins de ces critères.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un meuble de Thomas Hache acquis par la Fondation Bemberg

Article suivant dans Brèves : Un portrait de Lamartine par Lehmann acquis par la Maison de Balzac