Le nouveau salon Paris-Beaux-Arts au Carrousel du Louvre


1/4/15 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - À peine le Salon du dessin a-t-il fermé ses portes (sur un grand succès, au moins pour l’art ancien et du XIXe siècle, tous les marchands ayant très bien vendu) qu’une nouvelle foire, organisée par le Syndicat national des antiquaires, ouvre au Carrousel du Louvre. Paris-Beaux-Arts présente une offre variée et son format n’est pas sans évoquer la Brafa, de nombreuses galeries participant aux deux événements, ce qui est d’ailleurs un gage de qualité.


JPEG - 205 ko
1. François-Xavier Fabre (1766-1837)
Le Martyre de sainte Agnès
Plume, encre brune, lavis gris sur
graphite avec mise au carreau - 57 x 48 cm
Galerie Michel Descours
Photo : Galerie Michel Descours
JPEG - 122.1 ko
2. Leopoldo de Almeida (1898-1975)
Allégorie de la mer ou Le nouveau Portugal, 1937
Bronze - 119 x 87 x 47 cm
Base en marbre de Pinheiro
76 x 48 x 90 cm
Galerie Vincent Lécuyer
Photo : Galerie Vincent Lécuyer

Certes, la diversité de l’offre s’adresse aussi à un public assez différent des salons spécialisés que sont celui du dessin ou Paris-Tableau, mais de nombreux exposants proposent cependant des tableaux, dessins, sculptures ou objets d’art anciens et du XIXe siècle, ce qui nous a permis de voir beaucoup d’œuvres entrant dans le champ de La Tribune de l’Art. Plusieurs marchands participant à ces autres événements s’y retrouvent d’ailleurs, comme la galerie de Bayser (Matthieu de Bayser faisant d’ailleurs partie du comité d’organisation) ou la galerie Michel Descours de Lyon.
L’éclectisme dont fait preuve cette dernière est d’ailleurs absolument remarquable. Au plus haut niveau sur les tableaux anciens et du XIXe siècle, elle n’est pas moins riche en dessins anciens (comme par exemple cette très grande feuille de François-Xavier Fabre – ill. 1) ou en mobilier. Trois meubles exceptionnels de la dynastie Hache sont exposés, dont l’un fera l’objet d’une brève puisqu’il vient d’être acheté par une institution française.


JPEG - 201.1 ko
3. Gaetano Giulio Zumbo (1656-1701)
Étude de décomposition humaine
Cire polychrome - 50 x 67 x 27 cm
Galerie Dario Ghio
Photo : Galerie Dario Ghio
JPEG - 164.8 ko
5. Nicolas Mignard
Vierge de l’Assomption
Huile sur toile - 66 x 52 cm
Galerie Mendes
Photo : Galerie Mendes

JPEG - 21.7 ko
5. Jean-Jacques Feuchère (1807-1852)
La Navigation Fluviale, 1839
Bronze - 32 x 13,5 x 29 cm
Galerie Martin du Louvre
Photo : Galerie Martin du Louvre

Des musées étaient quoi qu’il en soit également présents puisque un musée Nord-Américain a acheté une importante sculpture en bronze (nous en reparlerons également aujourd’hui ou demain). Une des œuvres à notre avis les plus importantes de ce salon est également un bronze : une sculpture Art Déco du portugais Leopoldo de Almeida (ill. 2), représentant Le Nouveau Portugais et réalisée pour décorer le Café Portugal à Lisbonne, un établissement hélas aujourd’hui détruit.
On verra d’ailleurs beaucoup de sculptures sur les stands, dont chez Dario Ghio Antiquités, une galerie monégasque, une frappante et macabre cire de Gaetano Zumbo (ill. 3), le florentin spécialiste de ce type de représentation et dont on peut voir plusieurs œuvres au Victoria & Albert Museum (notamment Le Temps et la Mort). Cette tête en décomposition, où les vers, les insectes et le rat sont représentés de manière réaliste, est à la fois effroyable et fascinante. Un véritable objet de musée pour un cabinet de curiosité car on imagine difficilement une telle œuvre entrer dans une collection privée.


JPEG - 34.5 ko
6. Jules-Paul Brateau (1844-1923) et
Paul Grandhomme (1851-1944)
Gobelet, 1893
Or et émail
Galerie de Leye
Photo : Galerie de Leye
JPEG - 31.8 ko
7. Édouard Lièvre (1828-1886)
Table console japonisante
Galerie Steinitz
Photo : Galerie Steinitz

Chez Philippe Mendes, on remarquera une tête de Vierge par Nicolas Mignard (ill. 4), galerie Martin du Nord une huile de Géricault et des sculptures romantiques (ill. 5), chez Bernard de Leye un coffret de Josef Hoffmann et un gobelet en or Art Nouveau par Jules-Paul Brateau et Paul Grandhomme (ill. 6), ou encore chez Steinitz une table d’Édouard Lièvre pour l’hôtel particulier du peintre Édouard Detaille à Paris (ill. 7).

Salon Paris-Beaux-Arts, Carrousel du Louvre, du 1er au 5 avril 2015.
Site internet.


Didier Rykner, mercredi 1er avril 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un célèbre tableau d’Emanuel Leutze pour le Minnesota

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Colson pour Dijon