Parution de La recherche au Musée du Louvre en 2012 Contenu abonnés


13/7/14 - Musée - Paris, Musée du Louvre - Comme c’est devenu désormais la règle, le Louvre vient de sortir, avec un peu de retard, un gros volume (encore plus épais que les années précédentes) consacré à La recherche au musée du Louvre en 2012. Cette entreprise est remarquable et, comme nous l’avons déjà écrit ici, nous ne connaissons aucun autre grand musée qui publie ce type de bilan scientifique. Il est regrettable en revanche, et nous l’avons également déjà dit, que ce livre ne soit pas vendu en librairie, d’autant que le site du musée ne propose toujours aujourd’hui en téléchargement que l’édition 2010 (voir la brève du 18/10/11), celle de 2011 ne semblant jamais avoir été mis en ligne1 (voir la brève du 30/12/12). Bref, cet énorme travail est diffusé de manière tout à fait insuffisante.

Le sommaire de l’ouvrage se répartit entre « dossiers spéciaux », « travaux de recherche », « fouilles et prospections archéologiques », « vies des collections (acquisitions, restaurations et muséograhie) », « journées d’études, colloques et conférences », « expositions », un « annuaire des chercheurs » et enfin les « publications » du musée pour l’année 2012.
Comme pour le dernier numéro, nous nous contenterons de signaler quelques nouvelles dont nous n’avions pas parlé ici, ou quelques réflexions que nous inspire la politique du musée. Nous resterons bien sûr dans les limites géographiques et chronologiques de La Tribune de l’Art.

Acquisitions

Nous regrettons régulièrement l’absence d’expositions des nouvelles acquisitions. Ce sera sans doute moins vrai pour l’année 2012 tant le bilan qui en ressort est médiocre, tous départements confondus.
Si celui des peintures s’en sort un peu mieux que les autres, ce n’est tout de même guère enthousiasmant. Certes, quelques tableaux remarquables sont entrés cette année au Louvre : le superbe Luca Penni, Auguste et la sibylle de Tibur (voir la brève du 31/12/12), et surtout le grand Francesco Hayez, Marie Stuart protestant de son…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les sculptures de Nantes de nouveau à l’honneur

Article suivant dans Brèves : Un portrait de Cornelius Johnson pour Edimbourg