Parution de La recherche au Musée du Louvre en 2012


13/7/14 - Musée - Paris, Musée du Louvre - Comme c’est devenu désormais la règle, le Louvre vient de sortir, avec un peu de retard, un gros volume (encore plus épais que les années précédentes) consacré à La recherche au musée du Louvre en 2012. Cette entreprise est remarquable et, comme nous l’avons déjà écrit ici, nous ne connaissons aucun autre grand musée qui publie ce type de bilan scientifique. Il est regrettable en revanche, et nous l’avons également déjà dit, que ce livre ne soit pas vendu en librairie, d’autant que le site du musée ne propose toujours aujourd’hui en téléchargement que l’édition 2010 (voir la brève du 18/10/11), celle de 2011 ne semblant jamais avoir été mis en ligne1 (voir la brève du 30/12/12). Bref, cet énorme travail est diffusé de manière tout à fait insuffisante.

Le sommaire de l’ouvrage se répartit entre « dossiers spéciaux », « travaux de recherche », « fouilles et prospections archéologiques », « vies des collections (acquisitions, restaurations et muséograhie) », « journées d’études, colloques et conférences », « expositions », un « annuaire des chercheurs » et enfin les « publications » du musée pour l’année 2012.
Comme pour le dernier numéro, nous nous contenterons de signaler quelques nouvelles dont nous n’avions pas parlé ici, ou quelques réflexions que nous inspire la politique du musée. Nous resterons bien sûr dans les limites géographiques et chronologiques de La Tribune de l’Art.

Acquisitions

Nous regrettons régulièrement l’absence d’expositions des nouvelles acquisitions. Ce sera sans doute moins vrai pour l’année 2012 tant le bilan qui en ressort est médiocre, tous départements confondus.
Si celui des peintures s’en sort un peu mieux que les autres, ce n’est tout de même guère enthousiasmant. Certes, quelques tableaux remarquables sont entrés cette année au Louvre : le superbe Luca Penni, Auguste et la sibylle de Tibur (voir la brève du 31/12/12), et surtout le grand Francesco Hayez, Marie Stuart protestant de son innocence à la lecture de sa condamnation à mort (voir la brève du 13/12/12). D’autres tableaux méritaient d’être acquis : le Saint Jean l’Évangéliste de Ribera (voir la brève du 27/3/12), le Hubert Robert (Vue de la cellule du baron de Besenval à la prison du Châtelet ; voir la brève du 16/11/12) et sans doute le Danloux, un joli fragment d’un tableau découpé dont le Louvre possédait déjà un morceau (voir la brève du 24/6/12). Le David Wilkie (Le Révérend David Wilkie et son épouse ; voir la brève du 4/10/12), est peut-être une œuvre historiquement importante, mais elle n’est guère séduisante.
Est-ce réellement suffisant pour un grand musée comme le Louvre ? On se permettra d’en douter, d’autant que les dons, pour généreux qu’ils soient, ne sont pas d’une importance telle qu’ils puissent compenser ce constat.
On remarquera à ce propos l’entrée au Louvre (qui nous avait échappée) de plusieurs tableaux nordiques du XVIIe siècle grâce au legs de Mme Alba. Il faut manifestement attendre des dons, legs ou dations pour espérer voir le Louvre s’enrichir de tableaux flamands et hollandais du XVIIe siècle. Il est d’ailleurs étonnant que les notices de ces tableaux ne soient pas dues au conservateur normalement en charge de ces collections. Nous les listons ici puisque nous ne les avions pas publiées en leur temps.


JPEG - 128.9 ko
1. Pieter Gysels (1621-1690/91)
Pêcheurs près d’une chaumière et passage du bac
Huile sur cuivre - 19 x 24,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RPN-GP

- Pieter Gysels, Pêcheurs près d’une chaumière et passage du bac (ill. 1).


JPEG - 134.7 ko
2. David Téniers (1610-1690)
Le Marchand de moules
Huile sur panneau - 19 x 29 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP

- David Téniers, Le Marchand de moules (ill. 2).


JPEG - 103.4 ko
3. Adriaen van Ostade (1610-1685)
Famille dans une grange
Huile sur panneau - 36,5 x 47 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP

- Adrian van Ostade, Famille dans une grange (ill. 3).


JPEG - 102 ko
4. Jan van Goyen (1596-1656)
Embarcadère près d’une forteresse, 1643
Huile sur panneau - 38 x 51,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP

- Jan van Goyen, Embarcadère près d’une forteresse (ill. 4).


JPEG - 104.6 ko
5. Jan van Goyen (1596-1656)
Pêcheurs près d’une tour, 1646
Huile sur panneau - 36,5 x 49,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP

- Jan van Goyen, Pêcheurs près d’une tour (ill. 5).


Les sculptures, un département qui achète souvent très bien, a pourtant peu brillé en 2012, à l’exception d’un beau buste en marbre d’Edme Bouchardon (voir la brève du 12/6/12), puisque la Lampe de l’archange Saint-Michel de Félicie de Fauveau (voir la brève du 21/2/13) relève des Objets d’Art, un département qui à part cela ne peut se prévaloir que d’un diptyque en ivoire byzantin (voir la brève du 1/3/13) et de quelques pièces de Sèvres. Le bilan du département des Arts Graphiques n’étant guère plus concluant (très peu d’achats en réalité) et celui de ceux sortant de notre champ semblant encore plus pauvres, on peut s’interroger sur la politique d’acquisition du musée qui, à part quelques rares trésors nationaux2 (à côté de nombreux autres qui sortent de France), est bien peu active. La synthèse écrite par Jean-Luc Martinez pour l’activité du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines où il ne parle jamais d’acquisitions (aucune n’ayant d’ailleurs été faite par lui en 2012) est à cet égard un peu inquiétante pour la suite... Est-ce vraiment une de ses priorités ?

Bases de données

Nous avions signalé, dans les précédents numéros de La recherche au musée du Louvre, la création de deux bases de données en lien avec l’INHA : les tableaux français du XVIe siècle d’une part (Cécile Scailliérez et Clara Marsal), et l’art ibérique et latino-américain (Guillaume Kientz). On apprend où en étaient ces projets (en 2012) dont on attend avec impatience la mise en ligne. Le second devrait l’être en 2015. Le premier comportait il y a un an et demi déjà 568 œuvres (tableaux, vitraux et peintures murales) attribuées à 45 artistes ; espérons que cette base sera également rapidement mise en ligne. Même incomplets, ces répertoires sont toujours passionnants et très utiles pour les chercheurs et les amateurs.

Le département des Objets d’Art participe à l’enrichissement d’une base de données créée par le Courtauld Institute, celle consacrée aux ivoires gothiques, dont nous avions parlé ici. En 2012, alors que toutes les œuvres conservées au Louvre étaient entrées dans cette base, ce sont celles conservées hors des collections du Louvre qui y ont été incluses.

Autres recherches

Il serait trop long, et fastidieux, de recenser ici tous les travaux de recherche menés par le Louvre. Beaucoup aboutissent notamment à des publications et il est logique que certains de ceux annoncés dans ce volume, qui date de 2012 même s’il vient d’être publié, aient déjà abouti. Ainsi, par exemple, l’étude sur les armes conservées par le Louvre, par Philippe Malgouyres, s’est conclue par l’aménagement d’une salle au Louvre et la publication d’un catalogue raisonné sur lequel nous reviendrons prochainement. Également, le travail sur Jean Cousin mené par Dominique Cordellier et Cécile Scailliérez a abouti à une exposition et à un excellent livre que nous regrettons de ne pas encore avoir eu le temps de chroniquer sur le site.

Restaurations

JPEG - 217.3 ko
6. Laurent de La Hyre (1606-1656)
L’Aveuglement des habitants de Sodome, 1639
Huile sur toile - 101 x 243 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP

Quelques restaurations importantes (sur les très nombreuses menées par le Louvre) font l’objet d’articles dans ce volume. On retiendra ici celui consacré à L’Aveuglement des habitants de Sodome, un tableau majeur de Laurent de La Hyre, acquis en 2001 (donc deux ans avant la création de La Tribune de l’Art) et que les visiteurs du Louvre n’ont pourtant jamais encore pu voir. La restauration fut en effet très longue, pour parler par euphémisme3. Celle-ci est désormais terminée et la toile devrait, après qu’un cadre adapté lui a été attribué, être (enfin) accrochée dans les salles dans les prochaines semaines (c’est ce qu’on nous a promis). Espérons-le car cette « nouvelle » acquisition est en tous points magnifique.

Nous aimerions pouvoir renvoyer le lecteur à la consultation de ce volume, d’une richesse telle que nous ne pouvons ici qu’en donner un très bref aperçu. Répétons-le : il est plus que dommage qu’il ne soit pas d’un accès plus facile. Espérons au moins qu’il sera mis en ligne rapidement et que les deux précédents numéros seront également accessibles sur le site du Louvre.


Didier Rykner, dimanche 13 juillet 2014


Notes

1Mise à jour du 14/7/14. Le titre des liens de téléchargement fait référence à l’édition 2011, alors qu’il s’agit en réalité de 2010 (raison pour laquelle nous pensions que 2011 avait été mis en ligne et que 2010 n’y était plus). Bref, tout cela n’est pas sérieux.

2Dont le Jean Malouel (voir la brève du 13/1/12), qui n’est pas répertorié dans les acquisitions 2012 malgré un numéro d’inventaire portant cette date. Son achat en 2012 ne changerait de toute façon pas notre analyse, une politique d’acquisition ne se limitant pas à l’achat de trésors nationaux.

3Ce retard est également dû à un procès entre les vendeurs.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les sculptures de Nantes de nouveau à l’honneur

Article suivant dans Brèves : Un portrait de Cornelius Johnson pour Edimbourg