Pour le maire de Chartres, son musée n’est pas un musée...


JPEG - 318 ko
1. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Salle des Émaux
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

24/1/17 - Musée - Chartres, Musée des Beaux-Arts - Décidément, c’est certain, Jean-Pierre Gorges, député-maire de Chartres, qui est également rapporteur du budget patrimoine à la commission des finances de l’Assemblée nationale (une fonction dont il se gargarise), n’a pas la moindre idée de ce qu’est un musée.
Il faut lire en effet ce qu’il a déclaré sur le Musée des Beaux-Arts de Chartres qu’il vient de fermer lors du Conseil municipal, propos rapportés par L’Écho Républicain. Nous allons analyser ces propos édifiants point par point.

« Je suis rapporteur du budget patrimoine à la commission des finances de l’Assemblée nationale ».

Commentaire : nous vous le disions plus haut.

JPEG - 301.9 ko
2. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Salle des clavecins
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

« J’ai demandé aux spécialistes du patrimoine de venir m’aider à éclaircir la situation sur le musée. »

Commentaire : qui sont « les spécialistes du patrimoine » ? On ne le saura pas. Ce qui suit démontre néanmoins un point. Ces « spécialistes du patrimoine » ne connaissent rien aux musées.

« Les murs ne vont pas s’écrouler. »

Commentaire : c’est une nouvelle étonnante, compte-tenu du fait que le maire a prétendu qu’il fermait le musée pour cette raison même, qui mettait en péril, disait-il, les œuvres et le public.


JPEG - 304.4 ko
3. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Salle de peinture au rez-de-chaussée
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 283.6 ko
4. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Salle de peinture au rez-de-chaussée
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 122.5 ko
5. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Couloir au premier étage
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

« En revanche, pour eux, ce n’est pas un musée, car les collections sont dans des caisses. »

Commentaire : Nous avons visité le musée encore quelques heures avant sa fermeture. Et comme nos photos en témoignent, les salles ouvertes au public présentaient des œuvres qui manifestement n’étaient pas en caisses. Par ailleurs, le Musée des Beaux-Arts de Chartres est un « Musée de France », appellation donnée par le ministère de la Culture. La définition d’un « Musée de France » se trouve ici.
Comment le maire de Chartres peut-il oser prétendre que le Musée des Beaux-Arts « n’est pas un musée » ? Les bras nous en tombent.
Certes, une grande partie des collections étaient depuis longtemps conservée en réserves, et beaucoup d’œuvres qui auraient dû être montrées ne l’étaient pas. Mais comme on le sait, nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes. Si le Musée des Beaux-Arts de Chartres était un musée mal présenté1, mal agencé, et ne montrant pas de manière satisfaisante toutes les œuvres qui le mériteraient, à qui d’autre en faire le reproche qu’au maire qui ne lui a jamais donné les moyens de se développer, et qui a laissé une solution insatisfaisante perdurer sans entretenir le bâtiment dont il avait la responsabilité, ce qui a occasionné la fermeture de nombreuses salles ?

« Il y a d’ailleurs quelques trésors. »

Commentaire : non, vraiment ?


JPEG - 303.4 ko
6. Musée des Beaux-Arts de Chartres
la veille de sa fermeture
Salle de peinture XXe au premier étage
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

« On va faire un projet scientifique et culturel. Il y aura un musée des Beaux-Arts digne de ce nom à Chartres. »

Commentaire : le maire ferme le Musée des Beaux-Arts de Chartres en disant que ce n’est pas un musée, mais il affirme qu’il y aura un musée des Beaux-Arts digne de ce nom. Quand, comment, où, avec quel budget et quels moyens ? Ce sont des détails pour le « rapporteur du budget patrimoine à la commission des finances de l’Assemblée nationale ».

Jean-Pierre Gorges n’a pas fini de nous faire rire. Jaune.


Didier Rykner, mercredi 25 janvier 2017


Notes

1Un seul exemple : sur l’illustration 4, on voit un chef-d’œuvre de Francisco Zurbarán mal accroché beaucoup trop haut, alors qu’elle pourrait remplacer un tableau médiocre, une Crucifixion anonyme, qui se trouve lui bien présenté.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les ventes de New York chez Sotheby’s et Christie’s

Article suivant dans Brèves : Deux dessins offerts au château de Fontainebleau