Nomination au Louvre : il faut de la transparence ! Contenu abonnés


Pourquoi en France le choix des directeurs de grands musées s’effectue-t-il dans une opacité si grande ? Alors que la moindre nomination d’un conservateur nécessite théoriquement un appel à candidature et une procédure précise, rien de tel dès qu’il s’agit d’un établissement public où la désignation se fait dans le flou et en apparence l’arbitraire le plus complet. Ceci donne presque à chaque fois matière à un psychodrame, sauf lors des renouvellements.

Le départ d’Henri Loyrette du Louvre a, semble-t-il, surpris beaucoup de monde, y compris au ministère de la Culture. Alors que la nomination de Guy Cogeval pour un nouveau mandat n’était pas forcément acquise, le ministère n’a pas voulu faire face à un changement simultané dans les deux plus grands musées parisiens et le président…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Lettre ouverte aux habitants d’Abbeville à propos de l’église Saint-Jacques

Article suivant dans Éditorial : La Tribune de l’Art se transforme