Musées : la politique des quotas ? Contenu abonnés


« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison [...] de leur sexe [...] ». Le code pénal est clair et nos responsables politiques feraient bien de se le rappeler. On ne doit choisir quelqu’un pour un poste qu’en raison de ses compétences.
On assiste pourtant depuis plusieurs mois à quelques épisodes grotesques où l’on voit un ministre annoncer à tout le monde (en privé bien sûr) qu’il faut une femme à la tête du Louvre1, ou une municipalité (nous parlons ici de Paris) retarder des nominations à la tête de ses musées pour aboutir à au moins une nomination féminine. Depuis plusieurs mois maintenant, on sait que le Musée de la Vie Romantique et le Musée Cognacq-Jay doivent trouver leurs nouveaux directeurs. La question n’a pas surgi…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : La Tribune de l’Art se transforme

Article suivant dans Éditorial : Claude Guéant a-t-il obtenu un certificat d’exportation pour ses tableaux ?