Le Louvre perd deux Canaletto mais gagne deux Bellotto


22/9/14 - Attribution - Paris, Musée du Louvre - Deux tableaux de la donation Victor Lyon au Louvre viennent de voir leurs cartels modifiés. Cette évolution n’est pas anodine : ces deux toiles que l’on pensait de Canaletto, Le Pont du Rialto et L’église de la Salute (ill. 1 et 2) sont désormais, officiellement, reconnues comme étant en réalité de la main de son neveu Bernardo Bellotto.


JPEG - 92.8 ko
1. Bernardo Bellotto (1722-1780)
Le Pont du Rialto
Huile sur toile - 119 x 154 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre/A. Dequier-M. Bard
JPEG - 152.4 ko
2. Bernardo Bellotto (1722-1780)
L’église de la Salute
Huile sur toile - 119 x 154 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre/A. Dequier-M. Bard

Cette nouvelle identification n’est pas complètement inédite puisqu’elle avait été proposée pour la première fois en 1998 par Bożena Anna Kowalczyk1 et avait depuis été reprise plusieurs fois par d’autres spécialistes de la peinture italienne du XVIIIe siècle. Stéphane Loire, conservateur au département des peintures en charge de la peinture italienne (que nous remercions d’avoir bien voulu nous donner ces références) nous a déclaré être lui même convaincu par cette proposition qu’il étudiera de manière approfondie dans son catalogue à venir des peintures italiennes du XVIIIe siècle du musée du Louvre.


JPEG - 111.3 ko
3. Bernardo Bellotto (1722-1780)
Vue de Pirna, prise du château de Sonnenstein, vers 1759-1760
Huile sur toile - 55 x 75 cm
Varsovie, Musée national
En dépôt au Musée du Louvre depuis 2004
Photo : RMN/Hervé Lewandowski

Bernardo Bellotto était, jusqu’à aujourd’hui, un des grands peintres italiens absents des collections du Louvre. On peut, certes, y voir un tableau de lui mais cette vue d’un faubourg de Dresde (ill. 3) n’est qu’un dépôt depuis 2004 du Musée national de Varsovie. Ce mouvement de vase communiquant entre son œuvre et celle de son oncle n’est donc pas anodin. Ce dernier, en revanche, n’est plus désormais représenté dans le musée parisien que par une seule œuvre, Le Môle vu du bassin de San Marco. Et le circuit des peintures italiennes ne pourra toujours montrer que ce dernier tableau puisque les conditions de la donation Lyon imposent que celle-ci soit présentée regroupée.


Didier Rykner, lundi 22 septembre 2014


Notes

1Bożena Anna Kowalczyk, « I Canaletto della National Gallery di Londra », Arte Veneta, 53, 1998, pp. 84-85.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une publication sur les caravagesques d’Avignon

Article suivant dans Brèves : Une pluie de Gustave Doré pour Ottawa