Une publication sur les caravagesques d’Avignon


JPEG - 105.5 ko
1. Orazio Riminaldi
Le Martyre de saint Sébastien
Huile sur toile - 134 x 100 cm
Avignon, chapelle des Pénitents noirs de la Miséricord
Photo : Musée Calvet

22/9/14 - Publication - Avignon, Musée Calvet - Le Musée Calvet d’Avignon vient de publier un petit catalogue intitulé « Autour de Caravage. Collections du musée Calvet » sous la forme d’un fascicule de 42 pages avec de nombreuses illustrations couleur et des notices très détaillées (où il est dommage cependant qu’il n’y ait ni provenance ni bibliographie).
Ce livret a été publié à l’occasion du prêt par le Prado d’un tableau de Ribera représentant Saint Sébastien. On y trouve trois chapitres : les tableaux caravagesques du Musée Calvet, les tableaux influencés par Ribera qui y sont également conservés et, enfin, les tableaux caravagesques et ribéresques des églises d’Avignon.

Cette troisième partie permet ainsi de révéler des œuvres peu connues : un Martyre de saint Sébastien par Orazio Riminaldi (ill. 1) dans la chapelle des Pénitents noirs et deux toiles entièrement inédites (tous ces tableaux sont absents de la base RETIF de l’INHA1), un Martyre de saint Barthélémy d’un peintre napolitain vers 1625-1630 et Le Christ à Emmaüs (ill. 2) qui se trouve dans l’église Saint-Didier, d’une attribution également indéterminée, actuellement « Italie du Nord, première moitié du XVIIe siècle ».


JPEG - 175.5 ko
2. Italie du Nord (?), première moitié du XVIIe siècle
Le Christ et les pèlerins d’Emmaüs
Huile sur toile - environ 120 x 200 cm
Avignon, église Saint-Didier
Photo : Musée Calvet

JPEG - 139.4 ko
3. Attribué à Antonio de Bellis
Saint Pierre sauvé des eaux
Huile sur toile - 184 x 196 cm
Avignon, Musée Calvet
Photo : Musée Calvet

Les tableaux italiens du musée ont été publiés dans un catalogue de Philippe Malgouyres paru en 1998, complété par un supplément dû à Franck Guillaume (qui est aussi l’auteur de ce nouveau petit livre) où certaines attributions étaient revues et des tableaux nouvellement acquis publiés. Plusieurs œuvres, dont certaines demeurent anonymes comme L’Incrédulité de saint Thomas, bénéficient ici d’une notice plus importante. Quelques tableaux du musée sont désormais assez connus comme le très beau Blomaert, Le Christ portant sa croix, acquis en 2005 et publié dans le catalogue des peintures du nord du Musée Calvet (voir l’article) ou La Lutte de Jacob et de l’ange par Pietro Ricchi qui fait la couverture du catalogue de 1998 (et de ce nouvel opus).
D’autres ont changé d’attribution. Ainsi, le mystérieux et superbe Saint Pierre sauvé des eaux, attribué à Paolo Finoglia par Philippe Malgouyres (ill. 3) était catalogué simplement comme « Naples vers 1635-1640 » par Franck Guillaume en 2008 et est désormais donné par le même (avec encore une incertitude) à Antonio de Bellis, un peintre coutumier de ces compositions étranges où les personnages apparaissent comme en déséquilibre.
D’autres toiles enfin ont changé d’école, comme un Marchand de balais longtemps catalogué comme espagnol, puis français, et enfin italien. L’attribution actuelle à l’école lombarde du début du XVIIIe siècle apparaît désormais à l’auteur comme plus pertinente.

La bonne nouvelle pour les amateurs est que cet ouvrage est distribué gratuitement. La mauvaise : il n’est donc pas diffusé en librairie et le musée ne peut les envoyer individuellement. Il faut donc (obligation qui n’est pas désagréable) se rendre à Avignon pour pouvoir en bénéficier. Le Musée Calvet a cependant fort aimablement accepté de nous en envoyer quelques dizaines d’exemplaires que nous pourrons ainsi offrir aux abonnés de La Tribune de l’Art qui le souhaiterons (mais il leur faudra le prendre dans nos locaux). Si vous voulez ce petit livre, envoyez-nous un mail à contact@latribunedelart.com, nous vous le garderons jusqu’à ce que vous puissiez venir le récupérer. Les demandes seront traitées par ordre d’arrivée dans la limite de nos disponibilités, un seul exemplaire par abonné.


Franck Guillaume, Autour de Caravage. Collections du musée Calvet, Musée Calvet, 42 p., édition gratuite.


Didier Rykner, lundi 22 septembre 2014


Notes

1En revanche, le Riminaldi est sur la base Palissy comme nous l’a signalé Moana Weil-Curiel, mais sans photo.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Cadenas sur les ponts : un début de solution ?

Article suivant dans Brèves : Le Louvre perd deux Canaletto mais gagne deux Bellotto