La Peinture d’histoire en France 1860-1900. La lyre ou le poignard Contenu abonnés


Auteur : Pierre Sérié.

La mort de la peinture d’histoire est un leit-motiv qui revient fréquemment sous la plume des critiques tout au long du XIXe siècle. Une rengaine dont ceux qui s’intéressent à ce genre savent qu’elle est largement fausse. L’ouvrage de Pierre Sérié vient le confirmer pour ceux qui en doutaient. Ne serait-ce que pour cela, pour son remarquable répertoire des tableaux exposés aux Salons et aux Expositions Universelles et nationales à Paris entre 1867 et 1900, pour son riche appareil iconographique ou pour sa défense passionnée de ces grands formats si souvent mal aimés, ce livre constitue une somme indispensable à tout historien de l’art un peu curieux de mieux comprendre ce qu’était la peinture en France à cette époque, dans toutes ses composantes.

Nous commencerons néanmoins notre revue par quelques critiques. Tout d’abord, le sujet n’est pas si vierge que l’auteur le donne à croire dans son introduction en se posant la question d’une « indifférence de l’historiographie récente ou plus ancienne », dont il n’exclut que « Laurens éventuellement, bientôt Gérôme1 ». Les expositions sur cette période ne sont pas rares en effet. Sans parler de la récente rétrospective Rochegrosse à Moulins ou de celle consacrée actuellement à Benjamin-Constant à Toulouse (sur laquelle nous reviendrons), Jules-Élie Delaunay, Alexandre Cabanel, Jules Machard, Henri Regnault, William Bouguereau, Gustave Doré, Luc-Olivier Merson, Paul Baudry, Paul Chenavard, Joseph-Noël Sylvestre… ont tous bénéficié de rétrospectives plus ou moins importantes accompagnées de catalogues. Certes, beaucoup reste à faire tant les artistes sont nombreux, certains de grande valeur comme Henri-Léopold Lévy2 (ill. 1), Georges Clairin, Eugène Thirion, Édouard Toudouze, Gabriel Ferrier, bien d’autres encore qui mériteraient d’être étudiés.


JPEG - 29.8 ko
1. Henri-Léopold Lévy (1840-1904)
Sarpédon
Huile sur toile - 305 x 236 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay

Le livre compte quelques affirmations plus gênantes.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 1er juillet au 18 septembre 2014

Article suivant dans Publications : Les écrits de Jacques Thuillier, tomes 1 et 2