Paul Baudry 1828-1886. Les portraits et les nus et Devenir peintre au XIXe siècle. Baudry, Bouguereau, Lenepveu Contenu abonnés


Les Lucs-sur-Boulogne, Historial de la Vendée, du 26 octobre 2007 au 3 février 2008.
La Roche-sur-Yon, Musée, du 13 octobre 2007 au 5 janvier 2008 (exposition terminée).

JPEG - 69.9 ko
1. William Bouguereau (1825-1905)
Zénobie trouvé par des bergers
sur le bord de l’Araxe
, 1850
Huile sur toile - 147 x 113 cm
Paris, Ensba
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

Le Musée de La Roche-sur-Yon, fermé depuis de nombreuses années, a organisé à la fin de l’an passé sa première grande exposition depuis celle qu’il dédia à Paul Baudry en 1986. Si le décorateur de l’Opéra de Paris y était à nouveau représenté, il était accompagné des toiles de quelques-uns de ses condisciples, puisqu’il s’agissait d’évoquer le parcours des jeunes peintres les menant de l’école des beaux-arts au Prix de Rome.

Cette exposition, que nous avons visitée dans ses derniers jours, est hélas terminée, mais il reste le petit ouvrage qui l’accompagnait, davantage un livre sur la formation des artistes qu’un catalogue proprement dit.
L’accrochage permettait de découvrir, grâce à des œuvres du musée lui-même, de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts et de collections particulières, la manière dont les peintres apprenaient leur métier dans la seconde moitié du XIXe siècle, un enseignement qui devait, pour les plus chanceux ou les plus talentueux d’entre eux, être couronné par le Prix de Rome. Le séjour de cinq ans dans la ville italienne, du moins l’espéraient-ils, devait leur assurer à leur retour en France, l’obtention des meilleures commandes.


JPEG - 76.5 ko
2. Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898)
La confrérie de saint Roch à Venise se
rendant à sain Marc le jour de la Fête-Dieu

Huile sur toile - 71,5 x 101 cm
Angers, Musée des Beaux-Arts
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

La présentation se voulait très didactique. Elle détaillait les étapes qui menaient, des différents concours, à celui, ultime et le plus prestigieux, du Grand Prix. A Rome même, les lauréats, souvent des artistes confirmés âgés de près de trente ans, étaient à nouveau obligés de se plier à des contraintes d’élèves en exécutant chaque années, selon des programmes bien définis, des œuvres envoyées pour…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : À l’apogée de l’impressionnisme. La collection du Dr. G. de Bellio

Article suivant dans Expositions : Retour sur l’exposition Mellin à Caen