La dénaturation de la galerie Vivienne se poursuit


JPEG - 162.8 ko
Essais de faux marbres pour la
Galerie Vivienne...
Photo : Didier Rykner

30/8/16 - Patrimoine - Paris, Galerie Vivienne - Audrey Azoulay sera-t-elle en mesure de faire acte d’autorité lors de la réunion qui devrait réunir autour d’elle les acteurs de la « restauration » de la galerie Vivienne. On peut en doute si l’on en croit les échanges que nous avons pu avoir hier avec l’architecte en chef en charge des travaux, François Jeanneau.

Alors qu’une nouvelle fois, tout un aréopage de « spécialistes » était réuni autour des essais de couleur de la galerie, nous l’avons en effet interrogé sur l’évolution du chantier. Eh bien selon lui, rien ne change. Les verres trop transparents qui transforment le passage en serre, et encore davantage en période de canicule ? Aucune évolution. « Cela va mieux depuis que nous avons remis la grille » nous affirme-t-il, ce qui est tout sauf évident. Lui-même d’ailleurs reconnaissait que le résultat n’était pas très bon. Mais poser un fil en plastique sur les vitres pour les rendre plus translucides « cela coûterait trop cher » dit-il. En gros : il admet que le résultat n’est pas bon mais personne ne fera rien pour le changer. Coupable mais pas responsable ?

Quant aux couleurs, elles resteront identiques : le vert choisi est, paraît-il, un peu différent de ce qui avait été testé. Cela ne se voit pas à l’œil nu : on est toujours dans la même teinte qui conviendrait pour une église rococo allemande mais certainement pas pour un passage couvert français du XIXe siècle. Et les essais de faux marbre que l’on peut voir sur les murs sont simplement pathétiques (ill.). On se croirait dans le décor en carton pâte d’un mauvais peplum.
Malgré le nombre impressionnant de personnes opposées à cette pseudo-restauration (voir la pétition), malgré l’intervention très remarquée de Jack Lang, tout continue donc comme avant. Inutile d’appeler des historiens de l’art spécialistes de la période et des galeries couvertes comme nous le suggérions. D’ailleurs, selon l’architecte, le conservateur régional des monuments historiques, Dominique Cerclet, a tout validé. Il suffira de rappeler que ce dernier nous avait déclaré que le projet d’agrandissement de Roland-Garros sur les Serres d’Auteuil embellirait ce lieu ou qu’il s’était satisfait de la destruction des loges de l’Opéra de Paris, pour ne pas s’en étonner. Souhaitons que la ministre de la Culture ne soit pas dupe.


Didier Rykner, mardi 30 août 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Mantes-la-Jolie acquiert un portrait d’Emile Verhaeren par Maximilien Luce

Article suivant dans Brèves : Appel au mécénat : des Sèvres pour Fontainebleau