Frédéric Mitterrand, ou la grande illusion Contenu abonnés


JPEG - 225.2 ko
Les travaux sur le château d’Ancenis
Photo : Loïc Ménenteau
Voir l'image dans sa page

Comme l’avait dit Alexandre Gady au Figaro à propos de Frédéric Mitterrand : « les grands espoirs sont faits pour susciter de grandes déceptions ». Alors que le ministre de la Culture va très probablement céder sa place d’ici quelques jours, et malgré toute la sympathie qu’il peut nous inspirer, son passage rue de Valois ne laissera pas grand’chose à la postérité.

Nous avions, en vain, voulu l’interroger sur son action. Mais celui qui faisait les beaux jours du petit écran préfère manifestement les paillettes à la dure réalité et n’a finalement jamais accepté de répondre à de vraies questions, non complaisantes. Pourtant, l’homme est affable, intelligent, cultivé, assez amusant même. A défaut de se…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : L’incroyable indigence intellectuelle du Louvre-Lens

Article suivant dans Éditorial : Injurié publiquement par le maire de Lens